1 000 téléconsultation* entre EHPAD de Nouvelle Aquitaine et CHU de Bordeaux !

La télémédecine en EHPAD a démarré mi 2014 et a atteint les 500 téléconsultations fin 2016. Ces 6 derniers mois 500 nouvelles téléconsultations ont été enregistrées. Ces résultats sont un réel succès et s’expliquent par des besoins exponentiels en actes de télémédecine dans les 50 EHPAD équipés à ce jour en Gironde et Dordogne, mais également par les efforts constants consentis par les équipes du CHU de Bordeaux pour une organisation de l’offre de soins spécialisée en télémédecine toujours plus innovante.
La télémédecine en EHPAD a démarré mi 2014 et a atteint les 500 téléconsultations fin 2016. Ces 6 derniers mois 500 nouvelles téléconsultations ont été enregistrées.  Ces résultats sont un réel succès et s’expliquent par des besoins exponentiels en actes de télémédecine dans les 50 EHPAD équipés à ce jour en Gironde et Dordogne, mais également par les efforts constants consentis par les équipes du CHU de Bordeaux pour une organisation de l’offre de soins spécialisée en télémédecine toujours plus innovante. Ainsi de nouveaux centres experts ont été lancés début 2017 sur la psychiatrie et les plaies vasculaires, répondant ainsi aux besoins des EHPAD opérationnellement soutenus via l’accompagnement du Groupement de coopération sanitaire TéléSanté Aquitaine. 
La télémédecine est devenue une pratique de routine : plus de soixante-dix actes de téléconsultations sont maintenant réalisés tous les mois au CHU de Bordeaux. Ces résultats montrent l’intérêt d’une médecine à distance pour traiter et suivre les pathologies chroniques des personnes âgées sans déshumaniser la relation de soin avec les patients. 
Avantages de la télémédecine pour les EHPAD et les établissements de santé
La télémédecine améliore du parcours de soins et de la qualité de vie des patients âgés, leur évitant les transports itératifs. Elle réduit la durée moyenne de leur séjour du fait du contact maintenu avec les services de référence grâce aux connexions. 
A l’usage, il s’avère également que les consultations sont de plus grande qualité du fait des échanges de données beaucoup plus complets qu’en consultation traditionnelle.
Enfin, les soignants en EHPAD se sentent plus soutenus et sont encouragés à développer leurs compétences.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.