1 000ème intervention du robot chirurgical orléanais

Le 13 juin 2017, le Dr Adham Rammal effectuait une néphrectomie partielle (ablation d'une partie du rein) sur un patient souffrant d'un cancer. Une intervention à marquer d'une pierre blanche puisqu'il s'agissait de la 1 000ème chirurgie robotisée réalisée au CHR d'Orléans depuis l'acquisition du robot da Vinci voici 4 ans. Aujourd'hui la chirurgie robot assistée orléanaise est en plein essor. Elle est pratiquée dans un bloc dédié au sein d'un établissement flambant neuf* désormais reconnu comme centre expert et de formation dans cette nouvelle discipline.
Le 13 juin 2017, le Dr Adham Rammal effectuait une néphrectomie partielle (ablation d’une partie du rein) sur un patient souffrant d’un cancer. Une intervention à marquer d’une pierre blanche puisqu’il s’agissait de la 1 000ème chirurgie robotisée réalisée au CHR d’Orléans depuis l’acquisition du robot da Vinci voici 4 ans. Aujourd’hui la chirurgie robot assistée orléanaise est en plein essor. Elle est pratiquée dans un bloc dédié au sein d’un établissement flambant neuf* désormais reconnu comme centre expert et de formation dans cette nouvelle discipline.
Pour fêter comme il se doit un tel événement, l’équipe chirurgicale du CHR d’Orléans a invité ses partenaires médicaux à soirée de conférence et organisé une journée de démonstration ouverte aux usagers dans le hall de l’hôpital. L’occasion de rappeler les atouts de cet assistant high tech : diminution des temps opératoires, réduction des saignements et du taux de transfusion, diminution des douleurs et complications post opératoires, les bénéfices pour les patients sont avérés et se traduisent par une réduction très significative des durées d’hospitalisation. Grâce à la chirurgie robotisée, un adulte opéré au CHR d’Orléans pour une prostatectomie totale voit son hospitalisation réduite de 4 jours et bénéficie d’une reprise d’activité plus précoce. 
Le robot, un plus pour l’attractivité du CHU auprès des patients de la région Centre-Val de Loire
Sur les 500 patients interrogés dans les services de chirurgie durant le 1er trimestre 2017, 50 % déclarent être incités à s’orienter vers le CHR d’Orléans du fait de la pratique de la chirurgie robotisée
Les multiples applications de la chirurgie robotisée
Mise en oeuvre dans le cadre d’un projet multidisciplinaire et sur un plateau chirurgical unique depuis l’ouverture du nouvel hôpital, la chirurgie robotisée du CHR d’Orléans intègre de nombreuses spécialités telles que l’urologie, la chirurgie digestive, endocrinienne, bariatrique et gynécologique, et s’étend à la chirurgie ORL et thoracique
11 chirurgiens interviennent à ce jour dans le bloc opératoire dédié au robot et seront rejoints fin 2017 par deux praticiens, en chirurgie gynécologique et en chirurgie viscérale, preuve que le robot est un facteur d’attractivité réel pour les jeunes chirurgiens et les internes.

L’expérience acquise durant 4 années d’une pratique soutenue permet aujourd’hui à l’équipe chirurgicale  de réaliser via ce robot doté de quatre bras articulés (trois avec instruments et un avec une caméra 3D haute définition), des interventions de plus en plus complexes principalement en chirurgie carcinologique :

en urologie : la prostatectomie radicale, la néphrectomie partielle, la cystectomie ou encore la néphro-urétérectomie
en chirurgie digestive : la chirurgie des cancers du foie, du pancréas, de l’oesophage, du rectum et la chirurgie bariatrique
en gynécologie : l’hystérectomie et la chirurgie de l’endométriose
– en ORL : la laryngectomie et les tumeurs de base de langue
en thoracique : la lobectomie et les masses médiastinales.
et ce dans le souci d’une meilleure maîtrise médico économique du traitement de ces pathologies 

Un rayonnement international
De nombreuses équipes du Royaume Uni, des Pays Bas ou de Suisse sont venues se former auprès de l’équipe du CHR considérée comme modèle de chirurgie multidisciplinaire par le fabricant.
* le CHR d’Orléans a été inauguré en janvier 2017

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.