1 183,6 M€ pour l’EPRD 2015 de Lille avec un résultat de + 0,07 M€ – prévisions

Présenté au conseil de surveillance du CHRU par son directeur général Jean Olivier Arnaud, l'Etat des prévisions de recettes et de dépenses (EPRD) 2015 a été arrêté à un montant de 1 183,6 M€ avec un résultat prévisionnel consolidé positif de 0,07 M€. Ce budget repose sur une progression de l'activité et un accroissement limité des dépenses à 1,75% ainsi que sur la maîtrise de l'évolution de la masse salariale + 1,97%.

Présenté au conseil de surveillance du CHRU par son directeur général Jean Olivier Arnaud, l‘Etat des prévisions de recettes et de dépenses (EPRD) 2015 a été arrêté à un montant de 1 183,6 M€ avec un résultat prévisionnel consolidé positif de 0,07 M€. Ce budget repose sur une progression de l’activité et un accroissement limité des dépenses à 1,75% ainsi que sur la maîtrise de l’évolution de la masse salariale + 1,97%. Cette projection anticipe une stabilisation des consommations de médicaments et dispositifs médicaux grâce à la maîtrise des prescriptions rendue possible par l’installation de « Comités Titre 2 des dépenses médicales et pharmaceutiques » au sein des pôles, associant les cliniciens et les pharmaciens.

L’activité d’hospitalisation conventionnelle et ambulatoire est attendue en progression de 2,1%, soit + 4 370 séjours, l’hospitalisation conventionnelle progressant de 2,7% (+ 2 504 séjours), et l’hospitalisation ambulatoire de 1,5% (+ 1 866 séjours). Le professeur François-René Pruvot, président de la commission médicale d’établissement, avait indiqué que ce développement d’activités s’appuie principalement sur les activités de recours du CHRU comme la prise en charge des cancers pour les pathologies urologiques et digestives, le développement des greffes hépatiques, l’extension de l’unité de soins intensifs neuro-vasculaires.

Les recettes s’accroissent de 1,96%. Sachant que, dans l’attente des instructions ministérielles, les allocations globales 2014 ont été provisoirement reconduites pour 2015. Les recettes à la charge de l’Assurance Maladie Obligatoire progressent quant à elles de 1,6%, soit un taux inférieur à celui de l’ONDAM hospitalier.

Conformément aux engagements du programme d’actions Horizon 2020 contractualisés avec l’Agence régionale de santé du Nord-Pas-de-Calais le 7 janvier 2014, la marge brute de l’exercice couvrira l’intégralité des amortissements et frais financiers, celle-ci devant atteindre progressivement un taux de 8% afin de couvrir les conséquences du plan d’investissement de 611 M€ prévu de 2013 à 2020.

Le plan d’investissement 2015 s’élève à 103,4 M€ du fait de l’avancement du chantier de l’Institut coeur-poumon et de l’exécution des programmes d’investissement courants. Les acquisitions d’équipements médicaux sont de 19 M€ et les projets des systèmes d’information de 15 M€.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.