1 million d’euros d’excédent pour l’exercice 2010 et un accessit pour la gestion comptable

Après plus de dix ans de déficit, le résultat 2010 affichera un excédent de 1 million d’euros. La rénovation de l’hôpital Nord (coût 250 millions d’euros) et le regroupement des activités médicales par transfert des services de l’hôpital de Bellevue sur ce nouveau site en 2009 a permis de proposer au public des équipements modernes et de hautes performances. Ces chiffres confirment la pertinence des choix faits par le passé pour le regroupement des services aigus sur un seul site.

Après plus de dix ans de déficit, le résultat 2010 affichera un excédent de 1 million d’euros. La rénovation de l’hôpital Nord (coût 250 millions d’euros) et le regroupement des activités médicales par transfert des services de l’hôpital de Bellevue sur ce nouveau site en 2009 a permis de proposer au public des équipements modernes et de hautes performances. Ces chiffres confirment la pertinence des choix faits par le passé pour le regroupement des services aigus sur un seul site.
La population ligérienne l’a bien compris puisque le nombre d’entrées a fortement progressé par rapport à 2009. L’hospitalisation affiche un taux de progression de 7,5 % soit 4 911 séjours supplémentaires et la consultation 7,6 % soit 26 400 consultations. De plus, l’excellence de la qualité des soins prodigués et des programmes de recherche a été récompensée cette année. En effet, le CHU a reçu par l’intermédiaire du Pr Jean-Pierre Favre et du Dr Marco Vola, et pour la première fois de son histoire, une Victoire de la Médecine 2010 pour leurs travaux en chirurgie cardiaque. Cette nomination ne doit pas faire oublier les nombreuses équipes engagées dans des programmes de recherche, puisque le CHU compte environ 500 actions en cours.  
Ce bilan positif ne doit pas masquer les efforts faits et à poursuivre. La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 17 décembre 2010 note que la situation financière est fortement dégradée avec un déficit comptable cumulé de 36 millions d’euros à la fin de l’exercice 2009. Cette situation pourtant critique est en redressement depuis 2008.  
Avant cette date, les coûts de fonctionnement étaient trop importants : durée moyenne de séjours (DMS) supérieure à la moyenne nationale, une offre ambulatoire insuffisante, une sous-productivité des blocs opératoires et des secteurs médicaux de manière générale, un niveau de personnel élevé…
Cette progression chronique des dépenses associée à un fort remboursement de la dette a aboutit à l’adoption en janvier 2009 d’un projet d’établissement et d’un contrat de retour à l’équilibre sur 5 ans par les autorités de tutelles. Ce plan fournit ainsi ses premiers résultats bénéficiaires.  
Pour l’exercice 2010, les ressources de l’établissement ont progressé largement plus vite que ses charges. La capacité d’autofinancement dégagé permet pour la première fois à l’établissement de financer ses investissements sans recourir massivement à de nouveaux emprunts. La durée apparente de remboursement de la dette après avoir été de 103 ans en 2007 a été divisée par 5 pour atteindre actuellement 16 ans. Le CHU a donc repris la maîtrise de son taux d’endettement.
Ces bons résultats devraient permettre au CHU de St Etienne d’atteindre ses objectifs : améliorer les équilibres actuels et conforter sa position universitaire.
La qualité comptable de l’établissement a été reconnue, puisque la Direction Générale des Finances Publiques a indiqué dans ses résultats publiés en novembre 2010 que le score obtenu par le CHU de St Etienne est très largement supérieure à la moyenne départementale des Etablissement Publique de Santé et constitue un score d’excellence eu égard aux difficultés inhérentes à cette catégorie de collectivités.
Contact presse
Communication CHU de Saint-Etienne : Isabelle Zedda – 04 77 12 70 13 – 06 07 43 39 89  – isabelle.zedda@chu-st-etienne.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.