1 ou 2 gélules plutôt qu’une greffe : découverte d’un traitement contre une maladie rare du foie

Seul traitement des déficits de synthèse d’acide biliaire primaire, maladies extrêmement rares et la plupart du temps mortelles, l'Orphacol® un médicament orphelin vient d’obtenir une « ASMR de niveau 1 », le plus haut niveau d’Amélioration du Service Médical Rendu, décerné par la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé.

Seul traitement des déficits de synthèse d’acide biliaire primaire, maladies extrêmement rares et la plupart du temps mortelles, l’Orphacol® un médicament orphelin vient d’obtenir une « ASMR de niveau 1 », le plus haut niveau d’Amélioration du Service Médical Rendu, décerné par la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé.

Une reconnaissance exceptionnelle qui couronne  plus de 10 années de recherche conduites par le Pr Professeur Emmanuel Jacquemin (Service d’Hépatologie et de Transplantation Hépatique Pédiatriques, Hôpital Bicêtre, Hôpitaux Universitaires Paris Sud – AP-HP).

L’Orphacol® évite une transplantation hépatique à la vingtaine de patients atteints de ces maladies rares aux conséquences très lourdes notamment chez le très jeune enfant. Grâce à ce traitement les malades ont retrouvé une fonction hépatique satisfaisante avec restauration du métabolisme hépatique et une qualité de vie normale.

Cette distinction est aussi l’occasion  de promouvoir le partenariat efficient conclu entre la cellule de valorisation de l’AP-HP, l’Office du Transfert de Technologie & des Partenariats Industriels (OTT&PI)  (l’OTT&PI) et le laboratoire Cell Therapies Research & Services (CTRS) qui a développé les molécules et les a enregistrées au niveau européen.

En 2007, l’OTT&PI a mis en place la stratégie de sortie industrielle de ce produit hospitalier développé par la pharmacie interne de l’hôpital puis par l’Agence Générale des Equipements et Produits de Santé (AGEPS). L’OTT&PI  a recherché un partenaire industriel pour valoriser cette innovation et la diffuser sur le marché permettant l’accès à ce médicament au plus grand nombre de malades.

En savoir plus sur l’Office du Transfert de Technologie & des Partenariats Industriels
L’OTT&PI protège et valorise l’innovation hospitalière et la recherche cliniques. L’OTT&PI met en place des partenariats privilégiés de R&D avec des entreprises françaises ou étrangères permettant la mise sur le marché de produits et services innovants utilisables in fine, par les malades.
http://ottpi.aphp.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.