10 ans de NIDCAP au CHU de Toulouse !

Programme de soutien au développement des bébés prématurés, NIDCAP a introduit une nouvelle pratique de soins "sur mesure" adaptés au rythme et au besoins des nouveau-nés ; les besoins étant déterminés à partir d'observations approfondies. NIDCAP a été conçu en 1986 à Harvard et les bénéfices de cette approche thérapeutique très originale ont été validés par de nombreuses études. Depuis, les principes du développement harmonieux du nouveau-né portés par NIDCAP ont été diffusés dans le monde entier. En 2005, Toulouse a été le 3ème CHU français à les adopter

Programme de soutien au développement des bébés prématurés, NIDCAP a introduit une nouvelle pratique de soins "sur mesure" adaptés au rythme et au besoins des nouveau-nés ; les besoins étant déterminés à partir d’observations approfondies. NIDCAP a été conçu en 1986 à Harvard et les bénéfices de cette approche thérapeutique très originale ont été validés par de nombreuses études. Depuis, les principes du développement harmonieux du nouveau-né portés par NIDCAP ont été diffusés dans le monde entier. En 2005, Toulouse a été le 3ème CHU français à les adopter. Et aujourd’hui, les services de néonatologie et de réanimation néonatale et pédiatrique de l’hôpital des enfants du CHU de Toulouse se réunissent pour célébrer les 10 ans de NIDCAP et mettre en lumière les bébés prématurés ayant suivi le programme. L’occasion de rappeler les temps forts qui ont accompagné l’adoption de cette pratique plus respectueuse des bébés et plus impliquante et épanouissante pour les parents.
2005-2015 : montée en puissance du programme NIDCAP au CHU de Toulouse
2005-2006, le CHU de Toulouse débute les formations d’une partie de ses équipes avec la sensibilisation et généralisation des soins de développement dans les unités de réanimation néonatale et néonatologie de l’hôpital des enfants.
1998 les premières chambres mère-enfants voient le jour
2007 installation des premières chambres parents enfants avec un lit double dans la chambre du bébé. Dans la même période le CHU de Toulouse est un des premiers hôpitaux en France à mettre en place la participation des parents à l’alimentation par sonde de leur bébé.
2008, suite aux changements de pratique générés par le programme NIDCAP l’hôpital des enfants de Toulouse est le premier à ouvrir cinq lits HAD (Hospitalisation à Domicile) accueillant des bébés en cours d’autonomisation alimentaire avec une extension à dix lits quatre ans plus tard.
2013, la première unité de néonatologie en maternité permettant la prise en charge couplée mère-enfants, dans le cas de nouveaux nés prématurés ou de faible poids de naissance (à partir de 33 semaines aménorrhées et 1,5 kg) nécessitant des soins techniques, ouvre au CHU de Toulouse.
2015, le CHU fête ses 10 ans de NIDCAP et conçoit une exposition sous forme de diaporama des photos des bébés, ayant suivis le programme, devenus des enfants en bonne santé
A horizon 2017, le CHU de Toulouse ambitionne de devenir le 2e centre français de formation au NIDCAP

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.