10 établissements unis contre les infections nosocomiales

Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes et neuf des établissements de santé publics et privés de l'agglomération nantaise ont conclu une convention, le mercredi 4 juin 2003, afin de mutualiser leurs moyens et de capitaliser leur expérience en matière de lutte contre les infections nosocomiales.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes et neuf des établissements de santé publics et privés de l’agglomération nantaise ont conclu par voie conventionnelle, le mercredi 4 juin, un partenariat permettant de réaliser des actions collectives, de mettre en commun l’expérience des équipes opérationnelles d’hygiène et de compléter l’action des Comités de lutte contre les infections nosocomiales.

Les établissements concernés par ce dispositif sont au nombre de dix :

– Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes
– Le Centre Régional de Lutte contre le Cancer « René Gauducheau » à Saint-Herblain
– L’Hôpital à Domicile de Nantes et de sa région
– L’Hôpital Bellier
– Les Nouvelles Cliniques Nantaises
– La Polyclinique de l’Atlantique
– La Clinique Saint-Augustin
– Le Centre Catherine de Sienne
– Les Cliniques mutualistes
– Le Centre Hospitalier intercommunal Sèvre et Loire

Ils représentent ainsi près de 3 300 lits de court séjour et de soins de suite soit plus de 70% des capacités d’accueil des établissements du secteur sanitaire n°1 (Nantes-Châteaubriant) dans ces disciplines et environ 1 200 lits de soins de psychiatrie et de soins de longue durée.

Les objectifs recherchés sont :

1. Une aide à la mise en oeuvre d’actions de formation professionnelles, selon des programmes à convenir en commun et qui seront inscrites dans le plan de formation professionnelle continue de chaque établissement, ainsi que des actions d’information : organisation de manifestations, échange de documentations techniques et de références bibliographiques.

2. Un partage des savoirs-faire des équipes professionnelles, prenant notamment la forme de l’élaboration en commun de protocoles d’hygiène spécifiques, la communication d’éléments du système documentaire de l’établissement concernant les thématiques de l’hygiène et des risques infectieux, des audits des pratiques professionnelles, etc&

3. Un soutien éventuel dans les démarches spécifiques des établissements,
portant par exemple sur :
– Des échanges ponctuels sur des difficultés techniques connues par les professionnels,
– L’étude des systèmes d’évaluation des actions menées dans chacun des établissements,
– S’il y a lieu, une réflexion commune sur les politiques d’information du patient et de sa famille dans le domaine de l’infection nosocomiale, en lien éventuellement avec la réflexion menée au sein des établissements dans le domaine plus général du droit à l’information du patient et de ses proches.

Ce dispositif fait suite à la circulaire ministérielle n°645 du 29 décembre 2000 relative à l’organisation de la lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé publics et privés, les incitant ainsi à la coopération sur cette thématique.

Ce partenariat complète le rapprochement engagé entre professionnels au travers de la création de l’association GRASLIN : aGglomération nantaise Réseau Action Surveillance et Lutte contre les Infections Nosocomiales, qui favorise la réalisation de travaux en commun.

Des développements seront étudiés avec les établissements installés dans le secteur sanitaire n°1 Nantes-Châteaubriant, notamment la création d’un réseau inter-établissements de lutte contre les infections nosocomiales se traduisant par la mise en commun de personnels en charge d’actions de lutte contre les infections nosocomiales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.