10 Instituts et 1 guichet unique – En 3 ans Aviesan a réussi à défragmenter le paysage de la recherche française

Fondée en avril 2009, l’alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé célèbre ses trois ans d’existence et dresse un bilan d’une action inspirée par une seule ambition « promouvoir la recherche française au meilleur niveau mondial » et pour cela fédérer tous les acteurs. Avec cette particularité qu’Aviesan n’est pas une instance de plus dans le maquis administrativo-institutionnel de la recherche française mais une dynamique, une volonté de coordonner les forces vives des sciences du vivant...

Fondée en avril 2009, l’alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé célèbre ses trois ans d’existence et dresse un bilan d’une action inspirée par une seule ambition « promouvoir la recherche française au meilleur niveau mondial » et pour cela fédérer tous les acteurs. Avec cette particularité qu’Aviesan n’est pas une instance de plus dans le maquis administrativo-institutionnel de la recherche française mais une dynamique, une volonté de coordonner les forces vives des sciences du vivant en s’appuyant sur  l’excellence des équipes qui ont permis à la France d’être classée  en 4e ou 5e position de la recherche mondiale.
Aviesan a réuni les experts en biologie et santé en 10 Instituts Thématiques Multi-Organismes (ITMO) ; leur compétence et leur réactivité ont été appréciées lors des dernières crises sanitaires Chikungunya , grippe H1N1, accident de la centrale nucléaire de Fukushima. A mettre aussi à l’actif de l’Alliance, la création de  Covalliance, consortium unique de coordination des structures de valorisation régionales qui rapproche la recherche publique de l’industrie de la santé, avec à la clé de la valeur économique, des richesses, des emplois générés par les contrats de recherche, les start ups et pour le malade des innovations diagnostiques ou thérapeutiques.

Ces actions ont été menées dans un contexte de forte évolution marqué par la montée en puissance des agences nationales de  financement et d’évaluation, l’autonomie des universités, la création des IHU, des labex . "Ces nouveaux dispositifs engendrés par les Investissements d’avenir, tout en  témoignant d’un fort dynamisme de la recherche et de l’enseignement supérieur, contribuent encore à accroître la complexité du paysage de la recherche". reconnaît le Pr André Syrota, président d’Aviesan. " Beaucoup reste à faire" annonce-t-il en fixant 6 objectifs pour les années à venir parmi lesquels figure le soutien aux Itmos dans leurs missions d’animation et d’analyse stratégique, la définition d’une programmation pour la France en sciences de la vie et de la santé au niveau national, européen en incluant les partenariats de recherche au Sud et la diffusion des connaissances dans toutes leurs dimensions.

Le point de vue des CHU

Aviesan a réuni toutes les forces vives en sciences du vivant et de la santé pour donner un nouvel élan à la  recherche. Alain Hériaud, président de la Conférence des directeurs généraux de CHRU, apprécie les bénéfices de cette nouvelle coopération et cite l’ouverture des contrats hospitaliers de recherche translationnelle à tous les chercheurs, qu’ils exercent dans les EPST ou au sein des autres institutions membres d’Aviesan et la création d’infrastructures nationales de recherche en biologie et santé. Ces premiers résultats concrets sont extrêmement encourageants. Pour poursuivre leur développement,  Alain Hériaud appelle de ses vœux une plus grande implication des scientifiques mais aussi des cliniciens des CHU au sein des Itmo.

Les Instituts Thématiques Multi-Organismes (Itmo): Un réseau d’experts

Confrontée un une multiplicité d’intervenants et d’organismes, les tutelles arrivaient difficilement à identifier un interlocuteur pertinent et représentatif. Souhaitant disposer d’une vision globale pour un secteur de recherche, elles confiaient généralement une mission à un comité constitué ad hoc, ce qui prenait du temps et ne donnait pas l’assurance d’avoir réuni toutes les compétences nécessaires.
Aujourd’hui, s’appuyant sur des experts reconnus dans leurs domaines de compétence respectifs, les  Itmo ont réalisé un état des lieux critique des recherches, ainsi qu’une analyse des forces et faiblesses, et proposé des priorités d’actions. Ces propositions sont en ligne sur www.aviesean.fr . Elles sont aussi référencées dans les appels à projets des Investissements d’avenir.
Au travers des  Itmo, Aviesan a  démontré sa capacité à mobiliser  dans un délai rapide des experts  compétents, indépendamment de leur  appartenance institutionnelle, pour  préparer une réponse coordonnée à  des demandes des autorités souvent  dictées par l’actualité. Des rapports  et recommandations ont ainsi été  produits sur l’approvisionnement  en technétium, la bio-informatique,  et l’hadronthérapie. La transversalité est aussi facilité. Ainsi, une réflexion concertée interalliances  a conduit depuis 2009  à des rapports sur différentes  problématiques comme  l’écotoxicologie, le chlordécone  ou la biologie synthétique.
Les 10 Itmo
1. Bases moléculaires et structurales du vivant
2. Biologie cellulaire, développement et évolution
3. Cancer
4. Circulation, métabolisme, nutrition
5. Génétique, génomique et bio-informatique
6. Immunologie, hématologie, pneumologie
7. Microbiologie et maladies infectieuses
8. Neurosciences, sciences cognitives, neurologie et psychiatrie
9. Santé publique
10. Technologies pour la santé

Aviesan et l’Europe : Quand la recherche française parle d’une seule voix

La représentation morcelée de la recherche en sciences de la vie et de la santé affaiblissait le positionnement de la France dans le cadre du 7e Programme Cadre de Recherche et Developpement et dans la perspective d’Horizon 2020. Aviesan s’est vu confier au travers de l’ Itmo Neurosciences, sciences cognitives, neurologie et psychiatrie la mise en oeuvre d’une action pilote de programmation conjointe sur les maladies neurodégénératives, en particulier Alzheimer, lancée sous la présidence française de l’Union européenne. L’Itmo Microbiologie et maladies infectieuses a, quant à lui, joué un rôle moteur pour établir l’agenda stratégique de recherche de la programmation conjointe sur la résistance aux antimicrobiens lancée fin 2011.
Aviesan s’est aussi pleinement impliquée dans la détection et l’accompagnement des candidats au programme ERC Starting Grants de l’Union européenne et a incité des candidatures de chercheurs éligibles aux Advanced Grants, ce qui a permis à la France de tenir l’un des premiers rangs.
Au travers d’une coordination des responsables Europe de ses membres, Aviesan se mobilise pour renforcer la participation des équipes françaises aux programmes européens. Enfin à l’occasion de la première réunion de promotion d’Aviesan qui s’est tenue à Bruxelles en juin 2011, une position commune relative au programme-cadre Horizon 2020 a été diffusée à la Commission européenne et au Parlement européen.
En savoir plus
Télécharger la plaquette Bilan et perspectives d’Aviesan
Personne à contacter : Catherine d’Astier
Directrice adjointe, Inserm
Département Information Scientifique et Communication
101, rue de Tolbiac – 75654 Paris cedex 13
Tél. +33 (1) 44 23 62 40 – catherine.dastier@inserm.fr
www.inserm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.