10 médecins et infirmières haïtiens en formation au CHU

Le 13 janvier 2011, un an après le séisme à Haïti, 10 professionnels de santé haïtiens sont arrivés à Amiens pour débuter des formations médicales et soignantes au sein du CHU d'Amiens Picardie. Ces médecins et infirmières sont les premiers d'un groupe de 60 haïtiens qui seront formés durant les 18 prochains mois au sein de l'hôpital

Le 13 janvier 2011, un an après le séisme à Haïti, 10 professionnels de santé haïtiens sont arrivés à Amiens pour débuter des formations médicales et soignantes au sein du CHU d’Amiens Picardie. Ces médecins et infirmières sont les premiers d’un groupe de 60 haïtiens qui seront formés durant les 18 prochains mois au sein de l’hôpital.

L’équipe haïtienne arrivée jeudi 13 janvier est composée de cinq jeunes médecins de cinq spécialités différentes : chirurgie générale, chirurgie orthopédique, médecine interne, gynécologie-obstétrique et pédiatrie et de cinq infirmières (2 infirmières sages-femmes, 1 puéricultrice et 2 infirmières-chefs). Les formations de ces professionnels sont d’une durée s’étalant de 1 mois à un an. Ils seront encadrés par des professionnels amiénois connaissant déjà le contexte haïtien et qui pourront ainsi adapter au plus près des besoins ces formations professionnelles.

De retour à Haïti, ils pourront bénéficier d’un tutorat par les équipes amiénoises grâce à un dispositif de télé-enseignement qui sera installé durant le premier trimestre 2011 et permettra de réaliser des formations à distance ainsi que la discussion de cas médicaux difficiles. Ces professionnels seront le relais, au sein de leur établissement, pour la formation de l’ensemble du personnel.

Une fois l’ensemble du personnel formé, un chantier d’un montant prévisionnel de 30 Millions d’Euros et d’une durée de 4 ans, mené par le Ministère de la Santé Publique et de la Population d’Haïti et appuyé techniquement et logistiquement par le CHU d’Amiens Picardie, sera réalisé afin de fournir les moyens matériels à ces personnels pour mettre pleinement en oeuvre leurs nouvelles compétences. Ce deuxième volet du projet est en cours d’étude pour financement par la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH), co-présidée par le Président de la République d’Haïti, Monsieur René Préval et Monsieur William Clinton.

Fortement engagé engagé à Haïti depuis 2001 le CHU d’Amiens Picardie est jumelé avec l’Hôpital Universitaire Justinien de Cap Haïtien depuis 2006
Quelques jours après le séisme, le CHU d’Amiens Picardie avait envoyé une équipe de professionnels de chirurgie et d’urgence pour aider à prendre en charge l’afflux massif de blessés aux urgences. Le CHU a ensuite obtenu un financement de 500.000 ? de la Mission Interministérielle pour la Reconstruction d’Haïti (MIRH) afin de former l’ensemble du personnel de direction, médical, soignant et technique de cet hôpital. Ce projet, d’une durée de 18 mois, est conçu comme le premier volet d’un projet ambitieux de reconstruction de l’Hôpital Universitaire Justinien afin de mieux répondre aux besoins de la population et d’être aux normes anti-sismiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.