1000e greffe de rein au CHU de Besançon

1000e greffe de rein, 35 ans de prélèvement d'organes, 15 ans de soutien des associations ! A Besançon, 2010 est une année que tous les acteurs de la transplantation d'organes tiennent à célébrer.

1000e greffe de rein, 35 ans de prélèvement d’organes, 15 ans de soutien des associations ! A Besançon, 2010 est une année que tous les acteurs de la transplantation d’organes tiennent à célébrer.

Un peu d’histoire : le 30 octobre 1974 a eu lieu la 1re greffe rénale en Franche-Comté. Aboutissement d’une longue évolution débutée en 1969 avec la création d’un centre régional d’hémodialyse par le Pr Claude Perol, dans le service du Pr Lecomte des Floris, faisant de Besançon l’un des 7 CHU à disposer d’une unité d’hémodialyse.

Besançon a aussi bénéficié de l’engagement des personnes qui ont oeuvré à la création de l’université de Franche-Comté et du CHU :
– le président Edgar Faure qui par son implication dans la réforme a permis, en 1967, la transformation de l’école de médecine de Besançon en Faculté de Médecine de plein exercice.
-Jean Minjoz, qui fut ministre, maire de Besançon et président de la fédération hospitalière de France et mit gracieusement à disposition de la nouvelle faculté de médecine de plein exercice les locaux de l’Arsenal ; geste qui fut fondamental pour l’essor de la médecine en Franche-Comté.
– le doyen Pierre Magnin qui par sa compétence et ses relations a su donner un rayonnement national à la faculté et la rendre ainsi attractive.
– le Pr André Peters qui permit d’obtenir un centre de transfusion digne de sa mission régionale, puis un laboratoire d’histocompatibilité.
– Mr Gilbert Ceugnart directeur général du centre hospitalier, et l’ensemble du personnel hospitalier apportèrent un soutien précieux à cette évolution.
Le prélèvement et la transplantation s’intégraient dans une réflexion nationale, sur les questions éthiques qu’ils soulèvent et qui trouva son aboutissement dans la loi Caillavet, la première loi de bioéthique.

Le 11 juin 2010, les équipes bisontines pratiquaient la 1000e greffe rénale

Pour célébrer cet événement, une soirée anniversaire s’est déroulée le 10 septembre à la CCI du Doubs. Temps fort de la manifestation, la conférence sur l’avenir des greffes. Les Drs Benoît Averland, directeur nord est direction opérationnelle du prélèvement et de la greffe, Agence de la biomédecine, Régis Aubry, président de l’Observatoire de la fin de vie, et Mr Pierre Le Coz, vice-président du comité consultatif national d’éthique, ont évoqué les questions que soulèvent la révision des lois de bioéthiques, les avancées médicales et le besoin croissant d’organes.

Quelques chiffres
Aujourd’hui, la Franche-Comté compte 560 dialysés, 318 candidats en attente de greffe rénale et 540 personnes vivant avec un greffon fonctionnel.
La durée de vie nationale moyenne d’un greffon est de 13 ans, une franc-comtoise bénéficie d’un greffon fonctionnel (donneur vivant) depuis 35 ans.
Sur les 1000° patients greffés au CHU depuis 1974, plus de la moitié vivent avec leur greffon.

35 ans de soutien des associations
Cette soirée anniversaire précédait la 15° manifestation annuelle « Les boucles du don » qui se tenait le dimanche 12 septembre. Organisée par des bénévoles, cette manifestation réunissait comme chaque année plus de 1 000 participants. Cyclistes, rollers, joggers, marcheurs, cavaliers ont contribué à informer et sensibiliser le public sur le don d’organes. Cette édition était parrainée par le Professeur Michel Bittard, chirurgien ayant réalisé la 1re greffe de rein au CHU de Besançon et l’équipe de Hand-ball de l’Entente sportive bisontine féminine.
Grâce à cette forte et constante mobilisation aux cotés de la cellule de coordination des greffes du CHU, le taux d’accord pour prélèvement en Franche-Comté est supérieur à la moyenne nationale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.