100M€ pour restructurer l’hôpital de Saint-Pierre

Construction de 20 000 m2, réhabilitation de 18 000 m2 pour une capacité de 490 lits et places. Le bâtiment central de l'hôpital Saint-Pierre fait peau neuve. Il regroupera les activités de médecine et de chirurgie autour d’un plateau technique de haut niveau. L'enjeu : offrir aux patients des conditions d'accueil conformes au plan de la sécurité incendie et de l’efficience médicale et développer de l’hospitalisation ambulatoire. Cet investissement d'ampleur est estimé à 100 M€ dont 35 M€ accordés selon un contrat de prêt conclu avec l’Agence Française de Développement (AFD).

Construction de 20 000 m2, réhabilitation de 18 000 m2 pour une capacité de 490 lits et places. Le bâtiment central de l’hôpital Saint-Pierre fait peau neuve. Il regroupera les activités de médecine et de chirurgie autour d’un plateau technique de haut niveau. L’enjeu : offrir aux patients des conditions d’accueil conformes au plan de la sécurité incendie et de l’efficience médicale et développer de l’hospitalisation ambulatoire. Cet investissement d’ampleur est estimé à 100 M€ dont 35 M€ accordés selon un contrat de prêt conclu avec l’Agence Française de Développement (AFD). 

Grâce au soutien de l’AFD, un taux très bonifié permettant de dégager une économie significative sur les annuités d’emprunt a pu être négocié. Ce financement s’intègre à l’accord-cadre de partenariat relatif à l’accompagnement du Plan pluriannuel d’investissement 2012-2019 du CHU signé entre l’AFD, le CHU et l’ARS le 28 mai 2014. .
Le calendrier prévisionnel du projet envisage un démarrage des travaux en novembre 2015.
Deux autres projets sont planifiés : le projet de soins de suite et de réadaptation de l’Hôpital du Tampon, la construction du bâtiment soins critiques de l’hôpital Félix Guyon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.