12 millions d’euros en 10 ans,le soutien sans faille du CG13 à l’AP-HM

Avec 8 millions d'euros de subventions accordés à l'AP-HM depuis 1999 et 4 autres millions qui seront affectés au pôle de cancérologie en 2009, Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches du Rhône est venu témoigner de l'engagement fort du département en faveur de l'innovation hospitalo-universitaire. Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à l'hôpital Nord, le 12 octobre 2009, l'élu a précisé que « Même si le soutien aux établissements de santé ne relève pas des compétences du département (…), le conseil général met un point d'honneur à apporter sa pierre à l'édifice d'une médecine moderne et performante, à la portée de chacun ».

Avec 8 millions d’euros de subventions accordés à l’AP-HM depuis 1999 et 4 autres millions qui seront affectés au pôle de cancérologie en 2009, Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches du Rhône est venu témoigner de l’engagement fort du département en faveur de l’innovation hospitalo-universitaire. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à l’hôpital Nord, le 12 octobre 2009, l’élu a précisé que « Même si le soutien aux établissements de santé ne relève pas des compétences du département (…), le conseil général met un point d’honneur à apporter sa pierre à l’édifice d’une médecine moderne et performante, à la portée de chacun ».

L’idée maîtresse est de garantir à tous les citoyens l’accès à des soins de qualité et aux dernières technologies. « A Marseille comme aux confins du département, chacun doit pouvoir se faire soigner dans les mêmes conditions avec les équipements les plus modernes ». Pour instruire les demandes de subventions le CG 13 a même créé une instance unique en France : le Conseil départemental de santé publique

Privilégiant les équipements high tech en radiothérapie – le tomographe à émission de positons couplé à un tomodensitomètre (TEP-TDM) et un appareil de tomothérapie- le conseil général poursuit sa lutte contre le cancer et conforte dans le même temps le rayonnement de l’AP-HM qui devient le seul établissement du Sud-Est de la France à disposer de cette technologie*. Le département précise également qu’il poursuit le financement d’actions de prévention et le dépistage grâce à une ligne budgétaire pérenne de plus d’un million d’euros par an.

Pour Jean-Paul Segade, directeur général de l’AP-HM, cette aide est la bienvenue car elle permet à l’AP-HM de poursuivre ses investissements afin d’offrir les meilleurs soins aux patients et un plateau technique de pointe aux équipes médicales. « L’hôpital de demain est celui qui aura la capacité d’investir. On ne peut sacrifier ce poste même avec une situation économique difficile » estime le responsable.

Le Conseil départemental de santé publique : instance unique en France
Parce que la santé est une préoccupation permanente du Conseil Général un dispositif unique en France, a été conçu sous la houlette du Pr Weiller et du Dr Amiel, vice-président du Conseil général délégué à la santé. L’instance, attentive à l’évolution des besoins et des techniques en matière sanitaire, instruit les demandes de subvention pour les équipements médicaux. Depuis sa création, ce ne sont pas moins de 40 millions d’euros qui ont été investis par le Conseil Général pour financer des équipements innovants pour la santé au sein de l’AP-HM et hors AP-HM.

* La tomothérapie associe la radiothérapie à l’imagerie médicale fournie par un scanner. Jusqu’alors, la France ne possèdait que 6 appareils de ce type : 4 au Nord, 2 dans le Sud-Ouest. L’AP-HM aura le seul appareil du triangle Nice-Clermont-Ferrand-Montpellier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.