1204 – 2004 : 800 ans au service de la vie

Du 6 septembre au 3 octobre, le CHU de Dijon célèbre son VIIIe centenaire. Expositions, colloques et conférences rappellent la richesse patrimoniale, culturelle et humaine de l'institution hospitalière. De l'hôpital Saint Esprit au complexe futuriste du bocage central, le CHU retrace huit siècles d'évolution et d'adaptation.

Du 6 septembre au 3 octobre, le CHU de Dijon célèbre son VIIIe centenaire. Expositions, colloques et conférences rappellent la richesse patrimoniale, culturelle et humaine de l’institution hospitalière. De l’hôpital Saint Esprit au complexe futuriste du bocage central, le CHU retrace huit siècles d’évolution et d’adaptation.

L’hôpital de Dijon possède d’étonnants vestiges de l’histoire de France et de la vie hospitalière : la chapelle Sainte Croix de Jérusalem édifiée en 1459, une somptueuse croix laissée en souvenir par la reine Christine de Suède lors de son passage à Dijon le 27 août 1656, un platane aussi dénommé arbre de la liberté et planté le 14 ventôse de le l’an VI (le 4 mars 1798) devant l’hôpital général témoigne depuis plus de trois siècles de l’effervescence républicaine, des manuscrits enluminés retracent l’histoire de la création de l’établissement… Beaucoup d’autres objets et oeuvres d’art du patrimoine sont à admirer à l’Hôtel Bouchu d’Esterno jusqu’au 3 octobre.

Edifié durant les Croisades, l’hôpital fut confié à l’ordre hospitalier du Saint Esprit. Il avait pour vocation première l’éducation des enfants abandonnés ; mission qu’il remplit durant 6 siècles. Au XVIème siècle, la municipalité assure l’administration de l’établissement. 1688 fut une grand date pour hôpital général de Dijon car dés lors on put attribuer un lit par malade au lieu d’un lit pour deux ! A partir de ce moment les transformations se succédèrent : nouvelles constructions, édification du pavillon d’isolement des diphtériques. 1899 vit la création du premier service de radiologie « des Hospices Civils de Dijon ». Les salles militaires furent fermées en 1945…

Créée en 1808 par décret impérial, l’Ecole de médecine et de pharmacie de Dijon devint école nationale en 1956. Au début des années 60, l’établissement bourguignon s’unit à la Faculté de médecine dans le but d’accomplir une triple mission de soins, d’enseignement et de recherche. Désormais, le Centre Hospitalier Universitaire de Dijon est reconnu comme référent régional dans de nombreuses disciplines : cancérologie, cardiologie et chirurgie cardiaque, obstétrique, réanimation pédiatrique…

Aujourd’hui le CHU de Dijon est organisé sur trois sites principaux : l’Hôpital Général, le Centre Gériatrique de Champmaillot et les établissements situés sur le complexe du Bocage.
A l’horizon de 2008, les activités actuellement implantées sur le site de l’Hôpital Général seront regroupées sur celui du « Bocage Central ». Cette opération emblématique prévoit la construction d’un nouveau bâtiment d’environ 70 000 m² pour un coût de l’ordre de 150 millions d’euros et la fermeture de l’Hôpital Général.

Programme de célébration

Exposition d’objets et d’oeuvres du patrimoine du CHU à l’Hôtel Bouchu d’Esterno, 1 Rue Monge à Dijon, du 6 septembre 2004 au 3 octobre 2004. Ouverture : tous les jours sauf le mardi, de 10 h à 18 h 30.

Colloques
« Hôpital et innovation technologique » « L’ingénierie ; Bocage Central » mardi 21 septembre 2004, de 15 heures à 18 heures, Salle de Flore, à l’Hôtel de Ville.
« L’Hôpital et la Ville » vendredi 1er octobre 2004 de 9 heures à 18 heures, au grand Amphithéâtre de l’ancienne Faculté des Lettres, rue Chabot Charny à Dijon.

Conférences 22 au 25 septembre à l’Hôtel de Ville
«L’Hôpital a-t-il besoin de son histoire ?  »  » Histoire de l’Hospice Sainte-Anne (1633-1974)  »  » La prise en charge de la personne âgée hospitalisée  »  » Histoire des Maladies Infectieuses. Deux exemples : le SIDA et la maladie des légionnaires  »  » La céramique bourguignonne et les pots de pharmacie  »

Visites commentées du patrimoine de l’Hôpital Général , le mercredi 22 septembre 2004, de 14 heures à 16 heures 30.

Commentaire des 22 miniatures du manuscrit (XVème siècle) de la fondation de l’Hôpital du Saint-Esprit de Dijon en 1204 (grand Amphithéâtre de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers), le jeudi 23 septembre 2004, de 11 heures à 12 heures.

Concerts Le Choeur des Ambrosiniens le mardi 21 septembre 2004, de 20 heures 30 à 21 heures 30, Grande Chapelle de l’Hôpital Général de Dijon.

Les Quatre Archets de Dijon le mercredi 29 septembre 2004 à 20 heures 30, Grande Chapelle de l’Hôpital Général de Dijon.
Table ronde spirituelle: « les présences confessionnelles et philosophiques au service des personnes hospitalisées », le mercredi 22 septembre 2004, de 18 heures à 19 heures 30, Salle de Flore (Mairie de Dijon).

Pour plus d’information : www.chu-dijon.fr – rubrique Actualités
Contact : href= »mailto:francois.chapuis@chu-dijon.fr »
Tel : 03 80 29 50 00
Fax : 03 80 29 06 66

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.