14 février, fête des amoureux et… journée mondiale des cardiopathies congénitales

« Votre coeur veut continuer de battre » ! Célébrée symboliquement le jour de la Saint Valentin, la journée mondiale des cardiopathies congénitales est dédiée cette année aux jeunes adultes, opérés d’une malformation cardiaque étant petits et que les médecins ont perdus de vue. Or leur coeur d’enfant devenu grand nécessite un suivi médical adapté et spécialisé. C’est pourquoi la Société Française de Cardiologie, en soutien à l’Alliance du Coeur et àl’Association Nationale des Cardiaques Congénitaux (ANCC) invite toute personne ayant été subi dans son enfance une intervention pour une cardiopathie congénitale, à prendre contact avec un médecin généraliste ou un cardiologue. Un appel relayé par les CHU… exemples à Bordeaux, Marseille et Toulouse

 « Votre coeur veut continuer de battre » !  Célébrée symboliquement le jour de la Saint Valentin, la journée mondiale des cardiopathies congénitales est dédiée cette année aux jeunes adultes, opérés d’une malformation cardiaque étant petits et que les médecins ont perdus de vue. Or leur coeur d’enfant devenu grand nécessite un suivi médical adapté et spécialisé. C’est pourquoi la Société Française de Cardiologie, en soutien à l’Alliance du Coeur et àl’Association Nationale des Cardiaques Congénitaux (ANCC)  invite toute personne ayant été subi dans son enfance une intervention pour une cardiopathie congénitale, à prendre contact avec un médecin généraliste ou un cardiologue. Un appel relayé par les CHU, exemples  à Bordeaux, Marseille et Toulouse…
Détectées le plus souvent à la naissance, parfois même avant grâce à l’échographie foetale, les malformations cardiaques sont les plus fréquentes des malformations congénitales. Elles ont longtemps été la première cause de mortalité dans la première année de vie. Les cardiopathies congénitales les plus connues sont le canal artériel persistant, la communication interauriculaire, la communication interventriculaire et le canal atrioventriculaire
Chaque année, environ 8 enfants sur 1 000 naissent avec une malformation cardiaque. Grâce aux progrès de la cardiologie néonatale et de la chirurgie cardiaque, ils grandissent sans toujours penser aux complications auxquelles ils pourront être exposés en devenant adulte : troubles du rythme, défaillance cardiaque, endocardite infectieuse, hypertension artérielle pulmonaire…  D’où l’importance de faire parvenir cet appel qui prend la forme d’une campagne nationale de sensibilisation aux 150 000 adultes qui vivent avec une cardiopathie congénitale.

Dans les CHU, le message est porté par les centres spécialisés où la collaboration entre équipes expertes est la règle. Gros plan sur Bordeaux, Marseille et Toulouse…

Bordeaux dispose d’une unité médico chirurgicale des cardiopathies congénitales à l’hôpital Haut-Lévêque
Depuis 6 ans, une nouvelle organisation s’est mise en place à l’hôpital Haut-Lévêque du CHU de Bordeaux. Une unité médicochirurgicale dédiée aux malformations cardiaques congénitales a été créée avec pour seul but d’optimiser la prise en charge de ces patients. Sa particularité :  la capacité de prendre en charge, sur un même site, les nouveau-nés, les enfants ainsi que les patients adultes porteurs de maladies cardiaques congénitales ; de leur faire bénéficier de l’environnement, de l’expertise de l’ensemble des personnels médecins, réanimateurs, chirurgiens, chercheurs souvent reconnus au niveau international mais aussi d’une équipe paramédicale dédiée et spécialisée.

Une collaboration médecins/chirurgiens/réanimateurs : dirigée par les Dr Thambo – cardiologue congénitaliste, Philippe Mauriat – anesthésiste réanimateur congénitaliste et François Roubertie – chirurgien cardiaque congénitaliste, l’unité médico chirurgicale des cardiopathies congénitales a réalisé en 2011 près de 300 interventions chirurgicales et traité près de 300 enfants ou adultes qui ont eu leur malformation cardiaque soignée par un cathétérisme cardiaque, technique dans laquelle s’est spécialisée le CHU de Bordeaux et qui remplace ou complète une intervention de chirurgie cardiaque. 10 cœurs artificiels et 6 transplantations pédiatriques ont par ailleurs été réalisés ce qui positionne le centre comme un des leaders dans ce domaine sur le plan national.
En région PACA, les équipes des Pr Fraisse et Kreitmann ont opéré plus de 500 enfants et nourrissons l’an dernier .
Un centre spécialisé à la Timone : Grâce à son équipe de cardio-pédiatres, cardiologues congénitalistes, chirurgiens, personnel paramédical et chercheurs, la Timone est devenue ces dernières années l’un des plus importants centres en France pour la prise en charge des malformations cardiaques. Dirigé par les Pr Bernard Kreitmann (chirurgien cardiaque congénitaliste) et Alain Fraisse (cardiologue congénitaliste), le Centre médico-chirurgical des cardiopathies congénitales prend en charge les patients venus de toute la région PACA, du Languedoc-Roussillon et d’une partie du Midi-Pyrénées.
Collaboration médecins-chirurgiens : En 2011, plus de 500 enfants ont été opérés du cœur à la Timone. Plus de 300 enfants ou adultes congénitaux ont eu leur malformation cardiaque soignée par un cathétérisme cardiaque, technique dans laquelle s’est spécialisée le CHU marseillais et qui remplace ou complète une intervention de chirurgie cardiaque.
Le centre marseillais se caractérise par une collaboration médico-chirurgicale qui favorise la mise en commun des moyens humains et matériels : tous les matins, chirurgiens et cardiologues se réunissent pour définir la meilleure prise en charge de chaque enfant.
Plusieurs traitements originaux sont développés, comme les interventions dites «hybrides» -association de techniques chirurgicales et de cathétérisme interventionnel- pour traiter les malformations cardiaques complexes au bloc opératoire, notamment chez le nourrisson.

A Toulouse, un centre de référence pour prendre soin des enfants cardiaques
En réunissant leurs compétences en 2010, le CHU de Toulouse et la Clinique Pasteur ont fait du Groupement de Coopération Sanitaire un centre de référence inter-régional dans la prise en charge de l’enfant cardiaque. En effet, l’ensemble du plateau technique (maternité, bloc opératoire, salle de cathétérisme, réanimation pédiatrique, néonatalogie et cardiologie) regroupé sur le pôle mère-enfant du CHU permet une collaboration fructueuse entre cardiologues pédiatres Pr Ph. Acar, Dr Y. Dulac, Dr S. Hascoet pour le CHU et Dr F. Heitz, Dr N. Combes sur le site de la Clinique Pasteur. Les jeunes patients bénéficient d’une prise en charge globale des troubles du rythme et, arrivés à l’âge adulte, d’un suivi médicochirurgicale des cardiopathies congénitales. En 2011, 140 interventions chirurgicales ont été réalisées par le Pr B. Léobon et le Dr D. Roux, chirurgiens cardiaques pédiatres et 130 cathétérismes essentiellement interventionnels* assurés par le Dr F. Heitz chez des enfants âgés de 0 à 18 ans venant de la région Midi-Pyrénées mais aussi du Limousin et du
Languedoc-Roussillon. Une équipe d’anesthésie-réanimation du CHU ( Dr G. Chausseray, D X. Alacoque) est dédiée à cette activité.

*Cathétérisme cardiaque : introduction d’un cathéter dans un vaisseau sanguin (souvent voie fémorale) que l’on monte jusque dans les cavités du cœur à des fins diagnostiques et/ou thérapeutiques, sous contrôle radioscopique.

 « Ecoute Santé Cœur » Numéro Azur  0 811 099 098      –       Site :  www.gardersoncoeurdenfant.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.