14 jeunes bénéficiaires d’un « Emploi d’avenir » recrutés au CHU d’Angers

Ils sont 14 à faire leurs premiers pas au CHU d'Angers, 12 jeunes femmes et 2 jeunes hommes recrutés pour un an renouvelable deux fois en tant qu'agents de bio-nettoyage dans le cadre du programme "Emplois d'avenir". Le contrat de ces Angevins a débuté lundi 30 septembre 2013 par une session d'intégration de cinq journées… Désormais chacun a pris ses quartiers dans les services

Ils sont 14 à faire leurs premiers pas au CHU d’Angers, 12 jeunes femmes et 2 jeunes hommes recrutés pour un an renouvelable deux fois en tant qu’agents de bio-nettoyage dans le cadre du programme "Emplois d’avenir". Le contrat de ces Angevins a débuté lundi 30 septembre 2013 par une session d’intégration de cinq journées avec formation au bio-nettoyage, découverte le milieu hospitalier à travers une visite du CHU, initiation aux situations d’urgence, à la prévention des lombalgies, rencontre des membres de la direction de l’établissement…

Désormais chacun a pris ses quartiers dans les services de néonatalogie, urgences pédiatriques, département de soins de suite et soins de longue durée, neurologie, maladies infectieuses du CHU d’Angers. Au quotidien, ils seront accompagnés par les équipes de l’hôpital qui veilleront à développer leurs compétences et à les valider. A terme, l’objectif est de guider ces nouveaux agents hospitaliers vers un emploi pérenne ou une formation professionnalisante.
Le dispositif mis en place par le CHU d’Angers repose sur un système de tutorat assuré par un cadre de santé du service et un collègue qui aura un rôle de compagnon dans ce nouvel environnement professionnel. Tout au long de son contrat, chaque jeune mettra à jour un carnet de bord dans lequel il inscrit, au fil du temps, les compétences qu’il acquiert et valide, les formations qu’il suit ou les problèmes qu’il rencontre. Ce document sera la base d’un échange quotidien entre le nouvel agent de bio-nettoyage et le duo qui l’accompagne.
Le CHU d’Angers a proposé à chacun un contrat d’un an, renouvelable les deux années suivantes. L’établissement s’engage par la suite à faire déboucher ces emplois d’avenir sur des formations professionnalisantes ou des préparations pour intégrer un des instituts de formation du CHU.
Ces jeunes sont titulaire d’un diplôme de niveau 5 : un BEP (sanitaire et social pour la plupart), un BEPA (brevet d’études professionnelles agricoles) ou d’un CAP (petite enfance pour certains). Pour eux, les emplois d’avenir représente l’opportunité de réussir une nouvelle expérience professionnelle et d’accéder à une qualification.

Leur recrutement entre dans le cadre de l’accord signé en juillet dernier entre la Région, l’Agence régionale de santé, la Fédération hospitalière de France et l’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier. Cet accord prévoit la création de 220 emplois d’avenir dans les établissements sanitaires et médico-sociaux de la région. Il relaie la convention-cadre nationale destinée aux jeunes peu ou pas qualifiés et qui facilite leur accès à des métiers à fort débouchés dans des secteurs à caractère d’utilité sociale. Le dispositif "Emplois d’avenir" est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans, peu ou pas diplômés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.