14 octobre : journée mondiale de la mesure du souffle, un geste vital !

« Mesurer son souffle est aussi vital que prendre sa tension !» recommande le CHU de Bordeaux. Pour sensibiliser le grand public à l'importance de la respiration au quotidien, le CHU de Bordeaux organise des ateliers de mesure du souffle à l'attention des bordelais et répond à leurs questions.

« Mesurer son souffle est aussi vital que prendre sa tension !» recommande le CHU de Bordeaux. Pour sensibiliser le grand public à l’importance de la respiration au quotidien, le CHU de Bordeaux organise des ateliers de mesure du souffle à l’attention des bordelais et répond à leurs questions.

Plusieurs lieux d’accueil sont proposés
. Au CHU de Bordeaux : à l’Hôpital Haut-Lévêque (Centre François Magendie), à Pellegrin (dans le hall du Tripode)
. au coeur de la ville : Place de la Victoire à Bordeaux – mesure du souffle et informations sur l’asthme et la BPCO (Broncho Pneumopathie Chronique)
. en milieu scolaire – mesure du souffle, en partenariat avec le rectorat, au collège Capeyron à Mérignac. 300 à 500 collégiens recevront une information.

Les interventions seront assurées par le personnel de la consultation de pneumologie et de l’unité de tabacologie du CHU de Bordeaux

Une France en manque de souffle
Les maladies respiratoires chroniques touchent des millions de personnes. En France, l’asthme et la BPCO touchent au total plus de 6 millions de Français. L’asthme touche 3,5 millions de patients et tue plus de 1000 personnes chaque année. La BPCO concerne 3 millions de Français et on estime que 2 malades atteints sur 3 s’ignorent. Elle provoque plus de 16 000 décès par an. Moins de 50 % des asthmatiques ont eu au moins une fois dans leur vie une mesure de leur souffle (étude AIRE).

Prenez votre souffle
La mesure du souffle est un examen simple, rapide et indolore qui permet de dépister précocement une maladie respiratoire comme l’asthme et la BPCO. Elle permet d’évaluer le capital respiratoire de chacun…. Connaître son niveau de souffle permet d’adapter la prise en charge thérapeutique.

Le service des Explorations Fonctionnelles Respiratoires
du Centre François Magendie, Hôpital Haut-Lévêque – Groupe Hospitalier Sud

L’activité du service augmente régulièrement de 5 % par an pour atteindre 16 437 actes prodigués à 5 946 patients au cours de l’année 2009. Cette progression s’explique par la mise en place de nouvelles explorations liées à l’acquisition d’équipements (mesure de la VO2 max) ou au développement de nouvelles techniques d’exploration fonctionnelle respiratoire en rapport avec le progrès de la discipline (mesure du NO exhalé, technique des oscillations forcées…)
Elle répond également à une augmentation de la demande des correspondants hospitaliers et notamment de la Chirurgie Thoracique et de la Cardiologie en rapport avec le suivi des greffes et de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) pour les premiers, des bilans préopératoires et du meilleur suivi des patients partageant les mêmes facteurs de risque cardio-respiratoires (tabagisme…) pour les seconds
Enfin, cette croissance est aussi due à l’essor de l’activité de recherche clinique à promotion institutionnelle ou industrielle menée en partenariat avec le CIC Pneumologique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.