1er coeur artificiel totalement implantable posé avec succès au CHU

20 ans après la 1ère transplantation cardiaque au C.H.U. de Dijon, réalisée le 25 novembre 1987, l'équipe de Chirurgie Cardio-Vasculaire des Professeurs David et Brenot et l'équipe d'anesthésie-Réanimation du Professeur GIRARD ont posé le 19 avril 2007 une assistance mono-ventriculaire implantable (Heart-mate II) sur un patient.

20 ans après la 1ère transplantation cardiaque au C.H.U. de Dijon, réalisée le 25 novembre 1987, l’équipe de Chirurgie Cardio-Vasculaire des Professeurs David et Brenot et l’équipe d’anesthésie-Réanimation du Professeur GIRARD ont posé le 19 avril 2007 une assistance mono-ventriculaire implantable (Heart-mate II) sur un patient.

Cette pompe axiale de 400 mg, interposée entre le ventricule gauche et l’aorte, débite jusqu’à 10 l/mn (débit cardiaque normal = 5 l/mn). Elle est alimentée par une source électrique (batterie portable d’une autonomie de 5 h ou un générateur pendant les heures de sommeil). Le patient dispose ainsi de plus de liberté pour mener une vie normale y compris pour poursuivre certaines activités professionnelles.

Les chirurgiens cardio-vasculaires (Dr E. Tatou, Dr S. Jazayeri, Dr O. Bouchot) et l’équipe d’anesthésie-réanimation (Dr Y. ouardhiri, Dr S. Benkhadra, Pr C. Girard, Dr M.C. Gomez-Bielefeld) ont pratiqué l’intervention et assuré la surveillance du patient. L’équipe, spécialement formée, a acquis la maîtrise de cette nouvelle technique. Au cours des deux années précédentes, elle a pu expérimenter plusieurs assistances circulatoires temporaires (Thoratec) sur des patients en attente de transplantations cardiaques.

Dernier produit de la technique d’assistance ventriculaire, le Heart-mate II bénéficie d’un surcroit d’intérêt du fait de la pénurie de greffons disponibles et du vieillissement de la population. Il peut être implanté provisoirement en attente d’une récupération du myocarde ou d’une transplantation cardiaque, ou définitivement en l’absence de ces deux éventualités.

Cette technique s’inscrit dans le programme de prise en charge de l’insuffisance cardiaque développé actuellement au CHU.

Les problèmes techniques sont aujourd’hui parfaitement maitrisés, notamment grâce à l’aide du Plateau Technique de Biologie et des services d’Imagerie du CHU.
La 1ère difficulté réside au niveau de l’indication opératoire visant à déterminer le moment optimum pour la mise en place de cet appareil. La seconde difficulté est financière, s’agissant d’un appareil de 80 000 €.

L’équipe médico-chirurgicale qui accueille les patients souffrant d’insuffisance cardiaque dite terminale, c’est-à-dire résistant au traitement habituel, privilégie la multidisciplinarité. Elle réunit des cardiologues, réanimateurs et chirurgiens. La responsabilité de patients aussi lourds les oblige à déterminer en toute clarté les paramètres objectifs cliniques et échographiques qui vont aider à la décision.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.