1er Congrès National légionelles et légionelloses – 18 /19 oct. 2007

Les 18 et 19 octobre 2007, l'ensemble des spécialistes de la légionellose se réunit à Lyon. 200 participants sont attendus : experts en santé publique, praticiens, chercheurs et représentants de l'industrie pharmaceutique. Depuis la dernière grande épidémie de légionelloses survenue en France dans la région de Lens entre 2003 et 2004 (ayant atteint 86 personnes dont 18 décédées), tous les partenaires concernés se sont mobilisés pour prévenir les épidémies de légionelloses, maîtriser les risques et proposer des traitements adaptés contre ces bactéries en tenant compte de leurs résistances.

Les 18 et 19 octobre 2007, l’ensemble des spécialistes de la légionellose se réunit à Lyon. Depuis la dernière grande épidémie de légionelloses survenue en France dans la région de Lens entre 2003 et 2004 (ayant atteint 86 personnes dont 18 décédées), tous les partenaires concernés se sont mobilisés pour prévenir les épidémies de légionelloses, maîtriser les risques et proposer des traitements adaptés contre ces bactéries en tenant compte de leurs résistances. Des réseaux de surveillance de la légionellose permettant d’agir vite lors de la survenue de cas groupés. La recherche s’est grandement améliorée notamment avec la contribution de nombreux laboratoires.

Les travaux présentés lors de ce congrès touchent tous les domaines épidémiologie de la légionellose (1500 cas annuels sont déclarés) ; méthodologie de gestion des épidémies ; méthodes de maîtrise des risques de légionelles.

Un lien fort avec la recherche fondamentale sera souligné : il part de la caractérisation du génome des légionelles et se poursuit par développement de nouvelles techniques moléculaires appliquées au diagnostic clinique ou à la surveillance épidémiologique.

Enfin, les aspects traitant du traitement de la maladie seront évoqués lors de ce congrès.

Cette rencontre est organisée à Lyon, siège du Centre National de Référence des Légionelles (dirigé par le Professeur Jerôme Etienne et le Docteur Sophie Jarraud, Hospices Civils de Lyon) conjointement avec l’AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail). Il a reçu le parrainage des Hospices Civils de Lyon, de l’Université Lyon 1, de la Direction Générale de la Santé et de l’INSERM.

Le 1er Congrès National légionelles et légionelloses répond aux objectifs gouvernementaux relatifs à la lutte contre les légionelloses. Cette priorité figure dans la loi de politique de santé publique d’août 2004 et dans le plan national santé environnement (objectif prioritaire). Une table ronde animée par l’AFSSET et la Direction Générale de Santé soulignera l’importance de la recherche en appui aux politiques publiques.

Pour plus d’information
Le professeur Jérôme Etienne,
Contacter Madame Yamina Lakéhal Tél : 04 72 12 96 24

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.