1er défibrillateur cardiaque sous-cutané : une solution pour des malades à risque

Les équipes du pôle cardiovasculaire et pulmonaire du CHRU de Lille ont posé un tout nouveau type de défibrillateur cardiaque automatique implantable chez une patiente de 17 ans souffrant de cardiopathie et présentant un fort risque de mort subite. Cette première en France s'est déroulée le 1er octobre 2012. Trois mois après l'intervention la jeune fille se porte bien. Placé sous la peau...

Les équipes du pôle cardiovasculaire et pulmonaire du CHRU de Lille ont posé un tout nouveau type de défibrillateur cardiaque automatique implantable chez une patiente de 17 ans souffrant de cardiopathie et présentant un fort risque de mort subite. Cette première en France s’est déroulée le 1er octobre 2012. Trois mois après l’intervention la jeune fille se porte bien. Placé sous la peau, alors que les défibrillateurs cardiaques classiques sont implantés à l’intérieur du cœur, ce dispositif offre un espoir pour des malades souffrant d’insuffisances cardiaques et des cardiopathies sévères et pour lesquels les risques de complications notamment infectieuses excluent la pose d’un défibrillateur intracardiaque.
Tout comme les défibrillateurs classiques, le nouvel appareil surveille la fréquence battements du coeur et délivre un choc électrique (appelé défibrillation) lorsque son rythme s’emballe. Cette nouvelle génération ne supplante les appareils intracardiaques classiques, mais complète l’arsenal thérapeutique réservé aux patients les plus fragiles.

L’intervention peut être pratiquée au sein de la salle hybride Discovery IGS 730, inaugurée en décembre au CHRU de Lille.
350 défibrillateurs cardiaques internes sont posés chaque année au CHRU
de Lille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.