1er Lille, 2ème Toulouse, 3ème Bordeaux : tiercé gagnant des CHU au Palmarès du Point

Le Point publie son 19ème Palmarès des hôpitaux et cliniques, avec en tête le tiercé habituel des CHU : 1er Lille, 2ème Toulouse, 3ème Bordeaux classés meilleurs hôpitaux publics de France. Suivent les hôpitaux universitaires de Strasbourg (4e), l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (5e), les CHU de Montpellier (6e), de Tours (7e), de Nantes (8e), de Rennes (9e) et de Nancy (10e). L'hebdomadaire est sorti en kiosque le 20 août 2015.
Le Point publie son 19ème Palmarès des hôpitaux et cliniques, avec en tête le tiercé habituel des CHU : 1er Lille, 2ème Toulouse, 3ème Bordeaux classés meilleurs hôpitaux publics de France. Suivent les hôpitaux universitaires de Strasbourg (4e), l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (5e), les CHU de Montpellier (6e), de Tours (7e), de Nantes (8e), de Rennes (9e) et de Nancy (10e). L’hebdomadaire est sorti en kiosque le 20 août 2015.
Ce classement présente les 100 meilleurs hôpitaux et cliniques sur un total de 1 400 établissements  dont 521 publics, évalués dans 64 spécialités médicales et chirurgicales*. Les tableaux portent sur un large éventail de pathologies et de disciplines : cancers, troubles cardiaques, chirurgies de l’oeil – cataracte, myopie, rétine -, chirurgies de l’obésité, des artères, de la colonne vertébrale, urgences traumatologiques, traumatologie de la face, pédiatrie, pneumologie, maladies infectieuses, varices… Et aussi les maladies mentales et cette année, les troubles de conduite alimentaire, anorexie-boulimie.
Dans un communiqué, le CHU de Bordeaux rappelle qu’il occupe la 1ère place dans 5 spécialités et note les dates auxquelles les équipes étaient déjà arrivées en tête  : la chirurgie de la colonne vertébrale (depuis 2008), la leucémie (2010 à 2011 et 2014), les stimulateurs cardiaques (2007 et 2009 à 2013), cancer du côlon et de l’intestin (2012), accidents Vasculaires Cérébraux – AVC (2013).
Le CHU de Bordeaux reprend également ses bons scores dans 23 spécialités médicales et chirurgicales où il est classé entre la 1ère et la 5ème place.
Le CHU Amiens-Picardie voit dans sa 14ème place "une reconnaissance du savoir-faire des équipes et de la qualité des soins prodigués dans l’établissement ; ce classement vient conforter les indicateurs positifs de la Haute Autorité de Santé (HAS) et des enquêtes nationales de satisfaction patients (Isatis)."
Le CHU Amiens-Picardie est en progression sur la moitié des critères et plus particulièrement dans la prise en charge des cancers, axe fort de développement du CHU, dans une région dépourvue de Centre de lutte contre le cancer. Les autres disciplines phares sont l’orthopédie-traumatologie qui se maintient traditionnellement à son niveau d’excellence, la chirurgie de la cheville (1er), la chirurgie du pied (3ème), la prothèse de hanche (6ème / 50), du genou (10ème) et les urgences traumatologiques (11ème). Sont aussi bien placées : la rhumatologie, la chirurgie digestive et l’ophtalmologie.
Le CHU de Rennes maintient sa place d’excellence de 9ème sur les 521 établissements publics confirmant la qualité et le dynamisme de ses équipes, au service de la population du territoire.
Rennes figure parmi les 5 premiers pour la chirurgie cardiaque et la prise en charge de l’adénome de la prostate (1er), pancréas (3ème), cancers du rein (5ème), chirurgie des testicules (3ème), hypertension artérielle (3ème). La neurochirurgie est également à l’honneur (5ème) ainsi que les urgences traumatologiques (5ème). Le CHU est également très bien placé sur d’autres spécialités : chirurgie du rectum, appendicites, urgences de la main, chirurgie de la cheville. Le CHU se réjouit de ces résultats considérés comme un signe de reconnaissance. Les usagers du bassin rennais verront dans ces performances le témoignage concret du professionnalisme et des compétences des équipes hospitalières. Ce classement confirme la place incontournable du CHU de Rennes dans l’offre de soins de proximité comme dans les activités de recours nécessitant des avis spécialisés et des technologies de pointe.
Le CHU de Saint-Etienne, classé 19ème, annonce avec fierté son entrée dans le Top 20, insistant sur sa constante progression depuis 2010 où il était 34ème au tableau d’honneur. Seul établissement de santé de la Loire à figurer au Hit parade, Saint-Etienne confirme son statut de pôle de référence et de recours hospitalo-universitaire de très haut niveau, dans la grande région « Rhône-Alpes – Auvergne ». Le CHU stéphanois est cité en très bonne place pour plus de la moitié des spécialités analysées. Il est notamment 3ème pour la pose des stimulateurs cardiaques et pour la prise en charge des troubles du comportement alimentaire et 4ème pour le cancer de la peau ; il était classé 22ème en 2014. Le CHU s’est aussi amélioré dans le traitement du  diabète, passant de la 22ème place à la 11ème. 
*L’enquête prend en compte les moyens matériels et humains dont disposent les établissements. Certains équipements et spécialistes à forte valeur ajoutée ont été privilégiés. L’enquête s’est également appuyée sur le Programme médicalisé des systèmes d’information (PMSI), fournissant une base de données nationale détaillée et professionnelle qui permet d’analyser finement les actes médicaux et chirurgicaux réalisés au sein des établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.