1er Prix pour la société Thérenva qui sécurise le largage de stent

Une jeune entreprise hébergée au centre d'innovation technologique*, la société Thérenva fondée par les docteurs Cemil Göksu, ingénieur, Antoine Lucas, chirurgien vasculaire et Pascal Haigron maître de conférence en traitement du signal et de l'image vient de recevoir le 1er prix du concours 2008 des technologies médicales innovantes pour son dispositif EndoNaut de chirurgie endovasculaire assistée par ordinateur. Cette station de navigation peropératoire offre une assistance innovante aux gestes endovasculaires et permet de sécuriser le largage de stents et d'endoprothèses complexes. Cette distinction a été remise par l'alliance pour le génie biologique et médical.

Une jeune entreprise hébergée au centre d’innovation technologique*, la société Thérenva fondée par les docteurs Cemil Göksu, ingénieur, Antoine Lucas, chirurgien vasculaire et Pascal Haigron maître de conférence en traitement du signal et de l’image vient de recevoir le 1er prix du concours 2008 des technologies médicales innovantes pour son dispositif EndoNaut de chirurgie endovasculaire assistée par ordinateur. Cette station de navigation peropératoire offre une assistance innovante aux gestes endovasculaires et permet de sécuriser le largage de stents et d’endoprothèses complexes.
Cette distinction a été remise par l’alliance pour le génie biologique et médical.

Thérenva a déjà été lauréate en 2006 et 2007 du concours national d’aide à la création des entreprises de technologies innovantes.

Mieux connaître Thérenva
Thérenva soutient aussi la téléformation. Avec son aide technique et l’appui des équipes des ingénieurs du DIFSI du CHU, le Docteur Lucas et Mme Allain (IDE plaies et cicatrisation) ont pu former simultanément 1 500 médecins et infirmières répartis dans 21 salles de France sur la prise en charge de patients présentant une artériopathie des membres inférieurs au stade du sauvetage de membre. Les professionnels se sont vus rappeler les règles de prise en charge des patients souvent algiques et ont pu suivre en direct la réalisation de pansements spécifiques sur des patients consentants. Grâce à l’interactivité de la téléformation, l’assistance a pu poser directement ses questions aux orateurs soit par SMS soit par chat.

Ce jour là, la téléformation a fait la preuve de son fort impact pédagogique et sera renouvelée. L’infrastructure technique mise au point par la DIFSI, le CHU et l’équipe Thérenva est à la disposition des services souhaitant appliquer cette forme innovante de communication pédagogique.

*Le centre d’innovation technologique du CHU de Rennes
Créé en 2005 par le département de cardiologie et maladies vasculaires du CHU de Rennes, en collaboration avec l’université de Rennes 1 donne une impulsion nouvelle aux collaborations initiées depuis plusieurs années avec le monde industriel et le milieu de la recherche. Objectif : mettre au point de nouveaux traitements en matière de cardiologie notamment dans le traitement de l’insuffisance cardiaque. Les avancées technologiques ont permis par exemple la mise au point de stimulateurs pour resynchroniser la contraction du coeur et de défibrillateurs pour prévenir le risque de mort subite.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.