1ère chirurgicale française : le CHU de Limoges se dote d’un O-ARM

Bien plus qu'un GPS du chirurgien, le O-ARM® est un tout nouveau système de navigation en temps réel. Il constitue une avancée majeure pour la chirurgie rachidienne et encéphalique pouvant améliorer les résultats pour les patients. Inauguré officiellement aujourd'hui, au CHU de Limoges, le premier O-ARM® a déjà été utilisé avec succès à 24 reprises depuis son acquisition en octobre par le Pr Jean-Jacques Moreau et son équipe, dans le service de neurochirurgie du CHU de Limoges.

Le système d’imagerie O-ARM®, qui a reçu la marque CE en novembre, est la seule plateforme agréée qui fournit aux chirurgiens la fluoroscopie à haute résolution, la radiologie conventionnelle et des informations 3D en temps réel avec un temps d’exposition fluoroscopique réduit. Destiné à l’origine à être utilisé en chirurgie orthopédique et rachidienne, le système d’imagerie O-ARM® devrait voir son champ d’application s’élargir et intégrer notamment la chirurgie crânienne.

La première installation en France a eu lieu à l’hôpital Dupuytren du CHU de Limoges. Selon le Pr Jean-Jacques Moreau, chef du service de neurochirurgie, le système O-ARM®, utilisé avec les outils de navigation de Medtronic, assure une précision et une sécurité des interventions aujourd’hui inégalée. « La combinaison de la navigation chirurgicale et de l’imagerie per opératoire 3D avec une exposition aux rayonnements réduite garantit le plus haut degré d’excellence possible dans le traitement chirurgical des pathologies encéphaliques ou rachidiennes complexes ».« La navigation chirurgicale assistée par ordinateur (CAS) va favoriser l’essor des procédures mini-invasives et l’administration des médicaments biologiques », a indiqué Eric Blondel, Directeur de la Division navigation de Medtronic. « En ajoutant le système O-ARM® à l’offre Medtronic, nous sommes en mesure de fournir une solution homogène et complète, intégrant l’imagerie et la navigation CAS, aux chirurgiens qui utilisent notre technologie. Cette collaboration est une opportunité majeure d’introduire des technologies innovantes rendant possibles de nouvelles procédures, accroissant l’efficacité du bloc opératoire et pouvant améliorer les résultats pour le patient ».Le système O-ARM®, avec son arceau télescopique breveté et son détecteur à écran plat qui lui permettent de recueillir des images 2D ou 3D en quelques secondes, est conçu spécifiquement pour être utilisé par des chirurgiens dans des blocs opératoires conventionnels. Il donne des images de haute qualité, comparables à celles des scanners. Les fonctions électromécaniques permettent un positionnement répétable de l’arceau entre les prises de vue et laissent la voie libre pour accéder au patient. Une première chirurgicale réussieDepuis l’acquisition en octobre dernier, le Pr Jean-Jacques Moreau et son équipe ont réalisé les premières interventions chirurgicales françaises avec l’OARM : mise en place de prothèse discale, réalisation d’arthrodèse vertébrale, d’ostéosynthèse rachidienne et de repérage intra-cérébraux en condition stéréotaxique.Le Pr Jean-Jacques Moreau témoigne : « Ce système d’imagerie numérique per opératoire présente un intérêt pour le malade car il permet d’obtenir une imagerie en temps réel de l’acte opératoire aussi bien dans le repérage que dans le contrôle per opératoire et le résultat post-opératoire immédiat. C’est un équipement qui deviendra prochainement indispensable dans une salle de stéréotaxie ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.