1ère étape du réseau d’imagerie interhospitalier : le CH de Landernau

La transmission d'images entre le CHU de Brest et le CH de Landernau est la première étape d'un réseau de télé-radiologie pour l'Ouest Bretagne, autorisant des échanges et des collaborations entre les différentes équipes de tous les hôpitaux publics.

La transmission d’images entre le CHU de Brest et le CH de Landernau est la première étape d’un réseau de télé-radiologie pour l’Ouest Bretagne, autorisant des échanges et des collaborations entre les différentes équipes de tous les hôpitaux publics.

Point de départ : la transmission d’images optimisée pour les patients du CHU de Brest
Grâce au PACS (picture archiving and communication system), les services de radiologie et imagerie médicale du CHU de Brest transmettent les examens (scanners, IRM, radiologie numérique) vers les services cliniques de l’établissement. Ce réseau numérique garantit un transfert en toute confidentialité et sécurité. Le gain en terme de délai de transmission des images est considérable.
Aujourd’hui, l’ouverture s’amorce vers les autres établissements. Le réseau d’imagerie du CHU se double d’un réseau interhospitalier d’échange d’examens avec les autres hôpitaux du territoire de santé, à visée de télé-diagnostic et de télé-expertise.
La télé-radiologie est élément important du projet médical du CHU, et s’inscrit dans une logique de territoire, couvrant l’Ouest de la Bretagne, peut-être jusqu’à certaines îles.

Organiser la permanence des soins de l’Ouest Bretagne
L’organisation commune de la permanence médicale d’imagerie médicale permettra ainsi de faire face à un double enjeu : une demande croissante d’examens, une démographie médicale défavorable. Ainsi, depuis le 1er juillet, le Pôle de Radiologie et Imagerie médicale du CHU de Brest prend en charge, via le logiciel Carnac 2, les scanners réalisés par les praticiens du Centre Hospitalier de Landerneau pendant leur garde, avec participation aux astreintes brestoises d’un praticien du Centre Hospitalier de Landerneau.
Une mutualisation des astreintes de radiologie du CHU et de l’Hôpital d’Instruction des Armées Clermont-Tonnerre est également prévue avant la fin de l’année grâce à une télétransmission des images.

Collaboration entre les CHU de Rennes et de Brest : vers un réseau régional d’expertise en neuroradiologie
Les scanners et les IRM réalisés dans les différents hôpitaux de la région, dans un contexte d’accident vasculaire cérébral aigu, pourront être transmis pour avis à un neuroradiologue de l’un ou l’autre des deux CHU permettant de proposer la thérapeutique la plus adaptée, bien évidemment en collaboration avec les services de neurologie et de neurochirurgie. Ce réseau régional de télé-expertise, présenté conjointement par les CHU de Brest et de Rennes, est soutenu par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.