1ère européenne à Montpellier: le CHU s’équipe une salle de radiologie interventionnelle 4D

Infinix-i 4DCT tel est le nom de ce concentré de technologie installé à l’hôpital Saint Eloi. Spécifiquement dédiée au traitement des tumeurs du foie, cette salle de radiologie est la 1ère d’Europe combinant un équipement d’angiographie de dernière génération, un scanner 4D mobile sur rails, et un écran large.

Infinix-i 4DCT tel est le nom de ce concentré de technologie installé à l’hôpital Saint Eloi. Spécifiquement dédiée au traitement des tumeurs du foie, cette salle de radiologie est la 1ère d’Europe combinant un équipement d’angiographie de dernière génération, un scanner 4D mobile sur rails, et un écran large.
Prête à accueillir 1000 patients par an
Cet espace high tech a pris place au sein du département de Radiologie diagnostique et interventionnelle dirigé par le Pr Boris Guiu, moyennant un investissement de de 2,2 millions d’euros. Il s’agit de la 11ème salle dans le monde intégrant une telle technologie ((7 au Japon, 2 en Corée, 1 aux Etats Unis). 1000 patients y seront pris en charge chaque année dans les meilleures conditions de soins, de sécurité et de confort.

Un équipement précieux en cancerologie
La radiologie interventionnelle regroupe l’ensemble des actes médicaux réalisés par des radiologues et sous contrôle radiologique, permettant le traitement ou le diagnostic invasif de nombreuses pathologies et tout particulièrement les cancers. C’est le développement de cette pratique en cancérologie qui a justifié l’achat de cet équipement. En effet, selon UNICANCER, environ 50% des patients porteurs d’un cancer seront traités au moins une fois dans leur vie par ces techniques de radiologie interventionnelle. De plus, on observe une augmentation majeure des actes et des consultations de radiologie interventionnelle oncologique. Ceux-ci ont progressé  de 400% en 3 ans à l’hôpital Saint-Eloi.
Une réduction des délais de prise en charge
«L’intégration de cette nouvelle salle avant-gardiste au sein du bloc opératoire permet de développer cette activité et de réduire fortement les délais de prise en charge, grâce à la proximité entre le radiologue interventionnel et le médecin anesthésiste-réanimateur. Elle favorisera l’accessibilité des patients à des traitements efficaces et innovants», se félicite le Pr Boris Guiu.
Les possibilités technologiques  apportées par cet équipement unique en Europe offrent de nouvelles possibilités thérapeutiques
De nouvelles perspectives thérapeutiques
Les possibilités technologiques et notamment l’imagerie 4D apportées par cet équipement unique en Europe permettent d’élargir les indications des traitements mini-invasifs à des cas plus complexes, et d’offrir un accès potentiel à tous les patients de la région porteurs de tumeurs du foie dans un délai court. Cette salle permet de réaliser des procédures complexes de radiologie interventionnelle hépatique qui nécessitent tous les moyens de guidage existants comme par exemple les thermoablations hépatiques. Elle offre des possibilités d’imagerie 4D qui ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques.
Un gain de sécurité pour les patients
Une telle implantation au bloc opératoire permet de mutualiser et de mieux utiliser les ressources car l’anesthésiste travaille désormais dans un même endroit qui contient également le scanner. Cette nouvelle organisation permet de répondre à la demande croissante d’interventions complexes en radiologie interventionnelle hépatique. Cette installation permet également une irradiation moins importante pour le patient.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.