1ère européenne à Toulouse pour une opération du rein à ventre fermé par robot chirurgical

Une technique de chirurgie robotique innovante a été utilisée avec succès au CHU de Toulouse pour une réparation de l’uretère par auto-transplantation rénale sur une femme de 30 ans. L'intervention qui consistait à déplacer un rein et à le repositionner au contact de la vessie a été réalisée, sans nécessité d'ouvrir l'abdomen, par le Dr Nicolas Doumerc et son équipe*. Cette opération d'exception, inédite en Europe, a permis à la patiente de conserver son rein gauche après un très grave accident de la route. Elle a fait l’objet d’une publication dans l’International Journal of Surgery Case Report.

Une technique de chirurgie robotique innovante a été utilisée avec succès au CHU de Toulouse pour une réparation de l’uretère par auto-transplantation rénale sur une femme de 30 ans. L’intervention qui consistait à déplacer un rein et à le repositionner au contact de la vessie a été réalisée, sans nécessité d’ouvrir l’abdomen, par le Dr Nicolas Doumerc et son équipe*. Cette opération d’exception, inédite en Europe, a permis à la patiente de conserver son rein gauche après un très grave accident de la route. Elle a fait l’objet d’une publication dans l’International Journal of Surgery Case Report
La jeune femme souffrait un traumatisme abdominal d’une extrême gravité: saignement intra-péritonéal, ablation d’une grande partie de l’intestin et délabrement important de la paroi abdominale qui ont nécessité trois laparotomies (ouvertures de l’abdomen), dont deux en urgence. 

L’uretère et le rein gauche gravement touchés

Lors de l’accident, l’uretère et le rein gauche avaient été également grievement touchés. Dans un premier temps, cette lésion de l’uretère, située à proximité du rein, a nécessité une dérivation des urines par une sonde percutanée placée entre le rein et un appareillage externe de recueil des urines (néphrostomie). 
Après la prise en charge initiale par l’équipe de chirurgie générale et digestive, la patiente a été confiée quelques mois plus tard, en février 2018, à l’équipe de chirurgie urologique, andrologique et de transplantation rénale du CHU de Toulouse pour réparation de l’uretère. 

Une prouesse chirurgicale inédite en Europe

Dans ce contexte, le choix ne s’est pas fait comme habituellement, d’un remplacement avec un segment d’intestin grêle (urétéro-iléoplastie), celui-ci ayant été trop endommagé lors de l’accident. 
La stratégie thérapeutique chirurgicale s’est donc orientée vers une auto-transplantation du rein, c’est-à-dire son déplacement et son repositionnement au contact de la vessie pour combler la partie de l’uretère manquante. Il s’agit d’une chirurgie très lourde avec dans un premier temps une néphrectomie puis une véritable transplantation rénale. C’est la technique qui donne les meilleurs résultats à long terme mais qui implique deux laparotomies de l’abdomen. 
Deux laparotomies supplémentaires chez cette jeune femme déjà éprouvée par de précédentes interventions auraient été très délétères pour elle tant physiquement que moralement. 
C’est la raison pour laquelle le Dr Nicolas Doumerc a proposé une nouvelle voie : l’auto-transplantation rénale totalement intracorporelle par chirurgie robotique, donc sans laparotomie.  Une technique qui avait jusque là fait l’objet de seulement 2 publications au Canada et aux Etats-Unis.

Une opération totalement réussie

Le challenge a consisté dès lors, sans ouvrir l’abdomen, à réaliser dans le même temps la néphrectomie, le lavage du rein et son auto-transplantation en le déplaçant dans le pelvis, au plus près de la vessie pour combler le déficit de longueur de l’uretère. 
Une mission totalement réussie par l’équipe toulousaine grâce à l’apport de la chirurgie robotique, avec seulement 3 jours d’hospitalisation et 6 petites incisions abdominales.  Aujourd’hui, la jeune patiente se porte bien et son rein est parfaitement fonctionnel.  
*Département Urologie – Andrologie et Transplantation rénale (Pr Michel Soulié, Chef de Service) Hôpital Rangueil – CHU de Toulouse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.