1ère Européenne: Rein prélevé par un seul orifice en vue d’une greffe

L'équipe d'urologie et de chirurgie de la transplantation de l'hôpital Edouard Herriot (CHU de Lyon), dirigée par le Pr Xavier Martin, a réalisé lundi 1er février 2010 un prélèvement de rein sur un donneur vivant par une nouvelle technique : utilisation d'un trocart* unique inséré par l'ombilic permettant la dissection et l'extraction du rein par la même incision ombilicale. Tiana, une patiente de 45 ans, a bénéficié de cette technique pour donner un de ses reins à son mari. Cette intervention représente une première en Europe.

L’équipe d’urologie et de chirurgie de la transplantation de l’hôpital Edouard Herriot (CHU de Lyon), dirigée par le Pr Xavier Martin, a réalisé lundi 1er février 2010 un prélèvement de rein sur un donneur vivant par une nouvelle technique : utilisation d’un trocart* unique inséré par l’ombilic permettant la dissection et l’extraction du rein par la même incision ombilicale. Tiana, une patiente de 45 ans, a bénéficié de cette technique pour donner un de ses reins à son mari. Cette intervention représente une première en Europe.

Un nouveau type de trocart* est inséré par une incision unique au niveau de l’ombilic. Il s’agit d’un dispositif possédant plusieurs valves permettant l’introduction d’une caméra et de 2 à 3 instruments. Le rein est ensuite disséqué et prélevé. Une fois refermée, la cicatrice est largement enfouie dans le nombril offrant une chirurgie quasiment sans cicatrices visibles. Outre l’avantage esthétique évident, cette nouvelle approche chirurgicale à travers l’ombilic semble diminuer les douleurs post opératoires et accélérer la convalescence.

En effet, en passant par l’ombilic, aucun muscle abdominal n’est ouvert ce qui diminue les douleurs postopératoires. Devant la pénurie de greffons rénaux en France, cette nouvelle technique de prélèvement rénale pratiquement sans cicatrices visibles pourrait, comme cela a été le cas aux USA, amener plus de personnes à recourir au don de rein apparenté, en améliorant le confort du donneur.

*Un trocart est un instrument chirurgical qui se présente sous la forme d’une tige cylindrique creuse pointue et coupante à son extrémité et surmontée d’un manche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.