1ère grossesse en Rhône-Alpes grâce à la vitrification de l’embryon

Augmenter les chances de devenir parents : un espoir pour les 1 000 couples suivis chaque année au centre d’Assistance médicale à la procréation lyonnais

Augmenter les chances de devenir parents : un espoir pour les 1 000 couples suivis chaque année au centre d’Assistance médicale à la procréation lyonnais
L’équipe de médecine de la reproduction de l’hôpital Femme Mère Enfant du CHU de Lyon, et en particulier le Dr Cécile Grèze et les techniciens du laboratoire dont Salomé Vellut, ont mis au point le nouveau procédé de congélation rapide des embryons après fécondation in vitro : la vitrification. Cette technique exige des manipulations particulièrement minutieuses et rigoureuses accomplies par une technicienne ou un biologiste. Leurs efforts se sont portés sur la vitrification de l’embryon au stade blastocyste (J5-J6) qui donne des taux de survie assez décevants en congélation lente. L’équipe a fait 74 vitrifications depuis juillet 2011 et 17 réchauffements avec 16 transferts embryonnaires. 4 grossesses ont été obtenues dont 3 évolutives. La première naissance, en France, a eu lieu à Paris en août dernier. Et la première grossesse lyonnaise a passé le premier trimestre le 28 mars 2012 se réjouit l’équipe.
Le taux de survie des embryons au premier stade de développement de l’embryon (blastocyste) est de 96% contre 72% en congélation lente.
Autorisée en France par l’agence de biomédecine depuis fin 2010, la vitrification augmente nettement le taux de survie des embryons.
Grâce à cette technique, les couples du centre d’AMP de l’hôpital Femme Mère Enfant bénéficient d’une augmentation de chance de transfert intra-utérin après décongélation.

Le centre de médecine de la reproduction de l’HFME en chiffres

1 000 couples pris en charge
1 461 tentatives de Fiv
32,6 % grossesses/transferts en 2011 soit en moyenne 450 enfants nés par an dans le centre.
Le service sous la responsabilité du Pr JF Guérin regroupe 4 unités fonctionnelles (UF) dont 2 cliniques prenant en charge l’infertilité féminine (Pr B.Salle) l’infertilité masculine (Pr H. Lejeune) et 2 UF biologiques ; le laboratoire regroupe toute l’activité de diagnostic et les techniques d’AMP (Dr J. Lornage). Le CECOS assure toute la partie conservation des gamètes et des embryons (Dr S. Giscard d’Estaing) ainsi que les techniques de dons (Dr M Benchaïb).
Le laboratoire en médecine de la reproduction compte 5 médecins responsables de l’assistance médicale à la procréation et du CECOS (Centre de conservation des œufs et des embryons) 11 techniciens de laboratoire et 6 secrétaires médicales.
Au total environ 10 000 examens de spermiologie, 2 061 assistances médicales à la procréation dont 388 congélations embryonnaires ont été réalisées en 2011. Le CECOS assure une activité d’autoconservation embryonnaire mais aussi de gamètes (sperme et tissus ovariens ou testiculaires) soit au total 945 autoconservations en 2011 et une activité de recours soit 618 dons (de sperme, d’ovocytes et d’accueil d’embryons).
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.