1ère implantation mondiale d’un sternum en céramique

Le 19 mars 2015, un sternum complet en céramique d’alumine poreuse CERAMIL a été implanté sur une patiente atteinte d'un cancer. Cette première mondiale réalisée par le docteur François Bertin s'est déroulée avec succès au CHU de Limoges. Le CHU et I.CERAM, spécialiste des implants en céramique, se félicitent de cette prouesse chirurgicale qui utilise une technologie 100% biocompatible et réhabitable. Cette innovation porte à 102 le nombre de 1ères mondiales signées par les CHU de France.

Le 19 mars 2015, un sternum  complet en céramique d’alumine poreuse CERAMIL a été implanté sur une patiente atteinte d’un cancer.  Cette première mondiale réalisée par le docteur François Bertin  s’est déroulée avec succès au CHU de Limoges. Le CHU et I.CERAM, spécialiste des implants en céramique, se félicitent de cette prouesse chirurgicale qui utilise une technologie 100% biocompatible et réhabitable. Cette innovation porte à 102 le nombre de 1ères mondiales signées par les CHU de France.
Une avancée thérapeutique majeure
Cette opération marque un tournant dans la chirurgie des infections et des métastases osseuses en supprimant quasiment les risques d’infection pour le patient par une intégration osseuse durable de l’implant et une réduction significative du temps d’opération.
Les traitements « traditionnels » utilisés à ce jour dans le cas d’un sternum infecté ou métastasé sont complexes, limités (sternum en titane ou pièce en ciment osseux avec fixations métalliques) et surtout multiplient le risque infectieux pour le patient. Outre la pureté liée aux caractéristiques de l’alumine (Al2O3), le sternum CERAMIL est totalement inerte et offre une biocompatibilité totale associée à une résistance mécanique parfaitement
maitrisée. Sa porosité, identique à celle de l’os humain, favorise la circulation des cellules, l’implant devenant partie intégrante de l’os en l’espace de 6 mois. Cette intégration osseuse durable améliore significativement le confort et la qualité de vie du patient qui retrouve pour la 1ère fois une souplesse du thorax après l’opération.

Avec 3 mois de recul clinique, l’opération est une véritable réussite. «Le bilan de l’opération est très positif et la patiente se rétablit progressivement. Le sternum en céramique I.CERAM a pleinement répondu à mes attentes lors de l’opération. D’un point de vue chirurgical, cela constitue une évolution importante permettant un gain de temps opératoire significatif. Par ailleurs la biocompatibilité conjuguée à la résistance du matériau permettent de revenir à l’essence même de la chirurgie en réalisant une opération plus naturelle, limitant les risques infectieux et les rejets.» souligne le docteur François Bertin, qui a participé à la conception du dispositif et posé l’implant.

Cette réussite atteste aussi de l’expertise d’I.CERAM, acquise depuis plus de 10 ans, en matière de céramique poreuse et de sa capacité à fabriquer des implants de grandes tailles dans ce matériau (de plusieurs dizaines de m3).

Accélération du développement de « l’implant osseux actif» d’I.CERAM
Cette opération constitue une étape majeure dans le déploiement du projet « implant osseux actif » d’I.CERAM, véritable révolution dans le traitement des infections osseuses. « Nous sommes fiers de la réussite de cette opération sur laquelle les équipes d’I.CERAM et du CHU de Limoges travaillent depuis plus de 18 mois. Notre sternum en alumine poreuse apporte une solution unique dans le traitement des sternums infectés qui ne connaissent à ce jour aucun traitement satisfaisant. Nous allons accélérer nos travaux de R&D afin de pouvoir proposer d’ici 1 an et demi, un sternum chargé en molécules actives pour intervenir dans des indications d’infections osseuses. » déclare André Kérisit, président d’I.CERAM.

Cette innovation s’inscrit dans une étude pilote conduite en amont d’une étude clinique qui sera multicentrique. Avec près de 2% à 4% des prothèses qui s’infectent par an dans le monde, I.CERAM s’ouvre les portes d’un important marché : celui de l’infection osseuse.

Fort de cette 1ère mondiale, I.CERAM valide et réaffirme sa volonté de devenir un acteur de 1er plan dans le domaine des implants en biocéramiques à destination de la chirurgie de tous types d’infections osseuses.

Retrouver la présentation de l’opération sur le lien : https://www.youtube.com/watch?v=op1HoHvm7C8&feature=youtu.be
Toutes les informations sur www.iceram.fr et www.chu-limoges.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.