1ère IRM interventionnelle d’Europe : soins, enseignement, recherche

IRM interventionnelleInaugurée le 24 novembre 2009, cette première plate-forme d'IRM interventionnelle en Europe est dédiée aux soins, à l'enseignement et à la recherche. Installé dans l'hôpital civil du CHU de Strasbourg, ce système d'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) de dernière génération -corps entier à haut champ «Espree 1,5 tesla » de Siemens- a la particularité d'avoir un tunnel large et court permettant de réaliser des interventions percutanées sur un patient sous anesthésie générale, avec une acquisition d'images en temps réel.

Inaugurée le 24 novembre 2009, cette première plate-forme d’IRM interventionnelle en Europe est dédiée aux soins, à l’enseignement et à la recherche. Installé dans l’hôpital civil du CHU de Strasbourg, ce système d’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) de dernière génération -corps entier à haut champ «Espree 1,5 tesla » de Siemens- a la particularité d’avoir un tunnel large et court permettant de réaliser des interventions percutanées sur un patient sous anesthésie générale, avec une acquisition d’images en temps réel.


Magnetom SIEMENS Espree 1,5 T au CHU de Strasbourg.

Complété par un système de cryo-ablation compatible IRM, la plate-forme au sein des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg est un des trois centres d’imagerie interventionnelle clinique au monde dédié à l’ablation tumorale (avec les Etats Unis et Israël).

La force de ce projet réside également dans son mode de financement et dans ses autres utilisations.

L’équipement a été acquis par l’Université de Strasbourg et le CNRS grâce au soutien financier du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, de la Communauté Urbaine de Strasbourg, du Conseil Général du Bas-Rhin, du Conseil Régional d’Alsace et du CNRS. Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg assurent la maintenance et les frais de personnel médical et paramédical et utilisent l’équipement à des fins diagnostiques sur la moitié des créneaux horaires.

Parallèlement aux activités de soins, cette IRM permet de mener des projets de recherche fondamentale et de recherche clinique en interventionnel. Elle participe également à l’enseignement en imagerie interventionnelle de Strasbourg au niveau local et international avec l’IRCAD* et l’ENSPS*.

En savoir plus (dossier de presse en pdf)

*IRCAD : Institut de Recherche sur les Cancers de l’Appareil Digestif
* ENSPS : Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.