1ère journée de l’alimentation : le chef propose un menu printanier

Timbaline du jardinier, parmentier de canard, méli mélo de salades, faisselle, fraises … concocté par le chef du CHU de Nîmes pour la 1ère journée nationale de l'alimentation à l'hôpital ou en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), ce menu sera proposé le 16 juin à plus de 2 000 personnes, patients, proches et personnels des établissements. Ce repas, déclinable en différentes textures, sera adapté aux besoins et handicaps de chacun.

Timbaline du jardinier, parmentier de canard, méli mélo de salades, faisselle, fraises … concocté par le chef du CHU de Nîmes pour la 1ère journée nationale de l’alimentation à l’hôpital ou en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), ce menu sera proposé le 16 juin à plus de 2 000 personnes, patients, proches et hospitaliers. Ce repas, déclinable en différentes textures, sera adapté aux besoins et handicaps de chacun.

Le CHU de Nîmes sait l’importance que joue l’équilibre nutritionnel dans les soins et la convalescence et profite de cette journée pour rendre hommage aux talents de son service restauration. Composé d’une équipe de professionnels formés à la cuisine traditionnelle, ils préservent les saveurs des aliments tout en respectant les exigences de la restauration collective en milieu hospitalier : ils savent adapter leurs compétences aux textes réglementaires en matière d’hygiène alimentaire, respecter les protocoles de la démarche qualité mis en place (la certification ISO 9001 a été obtenue dès 2002), accommoder un menu normal aux prescriptions de près de 60 régimes différents, décliner les repas en 5 textures modifiées (tendre, haché, mixé, mixé lisse, liquide), proposer des plats appropriés aux usages culturels et livrer des repas de qualité sur les 6 sites du CHU : Carémeau, Serre Cavalier, Ruffi, Grau du Roi, Hôpitaux de jour de Nîmes et de Vauvert.

Chiffres clés de la restauration au CHU de Nîmes, c’est
– 4 200 repas servis en moyenne chaque jour,
– 15 diététiciennes,
– 1 unité de fabrication de 60 personnes dont 42 cuisiniers professionnels,
– 3 restaurants du personnel servant 1 200 couverts par service,
– 1 restaurant des familles, installé au centre de gérontologie de Serre Cavalier, qui permet aux résidents « d’inviter sa famille au restaurant » : le service se fait à table, les tables sont nappées et les menus soignés. Tout ceci, pour un tarif abordable, le résident, lui, étant invité.
– un service en salle à manger dans les secteurs de Rééducation, des Personnes âgées et de la Psychiatrie.
– un budget total annuel de près de 7,5 millions d’euros dont 3,5 millions pour les denrées.

1ère journée nationale de l’alimentation à l’hôpital ou en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)
Organisée par les associations UDIHR (Union des Ingénieurs hospitaliers en Restauration), AFDN (Association Française des Diététiciens Nutritionnistes) et ACEHF (Association Culinaire des Etablissements Hospitaliers de France), sur une initiative du Comité de Liaison Alimentation Nutrition Départemental (CLAN) de la Sarthe et la revue « La Cuisine Collective », cette journée vise à montrer l’importance de l’alimentation-nutrition en structure de soin. Cette manifestation permet également d’attirer l’attention sur le travail des professionnels de la restauration en milieu hospitalier et de communiquer sur la collaboration étroite entre l’ensemble du personnel de santé : les responsables d’établissements, les médecins, les diététiciens, les équipes de soin et les équipes de restauration.

Cette journée s’inscrit dans le cadre de la politique nutritionnelle de santé publique lancée en France en 2001 et du Programme National Nutrition Santé destiné à sensibiliser et à transmettre au plus grand nombre les repères d’une alimentation saine et variée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.