1ère journée des associations pour rapprocher institution et usagers

Le 20 janvier 2009, le CHU de Nîmes a convié plus de trente associations oeuvrant au service des patients et de leurs proches pour parler de l'avenir du CHU de Nîmes. Cette rencontre marque la volonté de l'établissement de s'ouvrir davantage aux associations afin de faciliter, accompagner, individualiser… humaniser le parcours de chaque patient. Mieux connaître les associations pour les personnels hospitaliers, mieux connaître les interlocuteurs du CHU pour les associations, se rencontrer et échanger, tels étaient les buts de cette journée.

Le 20 janvier 2009, le CHU de Nîmes a convié plus de trente associations oeuvrant au service des patients et de leurs proches pour parler de l’avenir du CHU de Nîmes. Cette rencontre marque la volonté de l’établissement de s’ouvrir davantage aux associations afin de faciliter, accompagner, individualiser… humaniser le parcours de chaque patient. Mieux connaître les associations pour les personnels hospitaliers, mieux connaître les interlocuteurs du CHU pour les associations, se rencontrer et échanger, tels étaient les buts de cette journée.

Cette rencontre en appelle d’autres. La richesse des échanges ayant enthousiasmé les participants hospitaliers et bénévoles, le CHU prévoit de développer les actions communes au service des patients, de leurs proches et de tous les usagers de son territoire de santé. Au programme un prochain forum des associations et des journées prévention-santé.

Les associations partenaires du CHU de Nîmes
Les associations interviennent dans des domaines très variés comme l’animation, l’accompagnement, l’aide spécifique dans le vivre de pathologies ciblées , l’enseignement, la culture.
Toutes sont engagées dans une action complémentaire des soins et sont soucieuses de participer à l’amélioration des prises en charges et à un meilleur bien-être du malade et de ses proches pendant la maladie, en séjour hospitalier et en dehors des lieux de soins.

« Les associations sont une réponse à l’isolement et à la problématique du temps pour les patients et ne se substituent pas à l’activité des professionnels, ni au temps de présence des proches auprès des malades. » a précisé François Poher, Directeur de la Clientèle. Au service des patients et de leurs proches, elles s’inscrivent en complément des soins prodigués par les professionnels, en lien avec les orientations des projets médicaux et les axes de la stratégie hospitalière. Les actions qu’elles conduisent, centrées sur les malades et leurs proches, sont un atout essentiel dans le parcours difficile de la maladie : échanges, témoignages, soutien psychologique, aide administrative, informations, partage d’expériences, à tout âge de la vie : les nouveau-nés, les enfants, les adultes et les personnes âgées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.