« 1ère Journée mondiale de prévention de la douleur »

La première Journée mondiale de prévention de la douleur aura lieu le 12 septembre. Coordonnée en France par la SFETD (Société française d'étude et de traitement de la douleur) et le ministère de la santé, cette manifestation trouvera son relais en région Limousin. Une conférence publique sera ainsi organisée sous la présidence de deux professeurs du CHU de Limoges : le professeur Bernard Descottes, président de la Commission Médicale d'établissement et le professeur Philippe Bertin, président du Comité de lutte contre la douleur de Limoges.

« 1ère Journée mondiale de prévention de la douleur » le 12 septembre : Le CHU de Limoges, et les CH de St Yrieix et Guéret organisent une conférence publique.

La première Journée mondiale de prévention de la douleur aura lieu le 12 septembre. Coordonnée en France par la SFETD (Société française d’étude et de traitement de la douleur) et le ministère de la santé, cette manifestation trouvera son relais en région Limousin. Une conférence publique sera ainsi organisée sous la présidence de deux professeurs du CHU de Limoges : le professeur Bernard Descottes, président de la Commission Médicale d’établissement et le professeur Philippe Bertin, président du Comité de lutte contre la douleur de Limoges.

Si les recommandations françaises de la médecine pour l’utilisation de la morphine ne sont plus appelées – comme ce fut longtemps le cas – « recommandations de Limoges », les équipes soignantes et médicales des établissements de santé public du Limousin restent sensibles à la prévention et la prise en charge de la douleur.

Présenter les différents types de douleurs (aiguë ou chronique) et leur traitement, leurs spécificités et leurs incidences psychologiques en particulier chez l’enfant ou la personne âgée, sont autant de sujets qu’aborderont les intervenants de la journée d’information publique organisée à Limoges.

Personnels médicaux du CHU de Limoges, des CH de Guéret et St Yrieix, ces spécialistes de la prise en charge de la douleur partageront donc de façon didactique leurs connaissances dans ce domaine, et échangeront avec le public pour répondre à toutes ses questions.

Cette première journée d’information sur la prévention de la douleur, libre d’accès, sera organisée en salle polyvalente (salle 8 – place des carmes) du conseil général de Limoges, le 12 septembre, de 16 à 19h00.

Contact
Professeur Philippe Bertin ;
Responsable rhumatologie du CHU de Limoges et président du Comité de Lutte (CLUD) contre la douleur de Limoges
philippe.bertin@chu-limoges.fr / 05 55 05 68 71 ou 05 55 05 64 68

CHU de Limoges

Le CHU de Limoges présente une capacité totale d’accueil de 2049 lits et places, répartis sur 4 établissements : l’hôpital Dupuytren, l’hôpital Rebeyrol, l’hôpital Chastaingt, et l’hôpital du Cluzeau. Un hôpital de la Mère et de l’Enfant complétera ce dispositif d’accueil à partir de janvier 2007.
L’ensemble des spécialités médicales et chirurgicales courantes et spécialisées sont regroupées en 14 pôles d’activité. Le CHU de Limoges accueille en moyenne 1559 patients par jour, et disposait en 2005 d’un budget d’investissements de 47 Millions d’euros ; et d’un budget d’exploitation de 343 Millions d’euros.
Cette activité hospitalière s’enrichit aussi d’une mission d’enseignement qui lie le CHU à la faculté de médecine dont il est «l’hôpital d’application», et d’une mission de recherche : nombre des praticiens du CHU de Limoges sont aussi enseignants et chercheurs. Le CHU de Limoges forme aussi chaque année 700 professionnels dans ses 7 écoles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.