1ère mondiale à Amiens : l’EEG d’un nouveau-né d’une précision inégalée

Un enregistrement électroencéphalographique Haute Résolution (EEG HR) à 128 électrodes chez un nouveau-né prématuré de 30 semaines a été réalisé avec une précision jamais atteinte au CHU Amiens-Picardie. Une prouesse technologique de son service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique (EFSN pédiatrique) en collaboration avec le laboratoire Inserm UMR 1105, GRAMFC, de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), et la société américaine EGI. Cette avancée est la 117ème première mondiale signée par un CHU de France !
Un enregistrement électroencéphalographique Haute Résolution (EEG HR) à 128 électrodes chez un nouveau-né prématuré de 30 semaines a été réalisé avec une précision jamais atteinte au CHU Amiens-Picardie. Une prouesse technologique de son service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique (EFSN pédiatrique) en collaboration avec le laboratoire Inserm UMR 1105, GRAMFC, de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), et la société américaine EGI. Cette avancée est la 117ème première mondiale signée par un CHU de France !
«Aujourd’hui, les hôpitaux pratiquent des EEG sur les nouveaux-nés prématurés avec seulement 11 électrodes.Il y a une dizaine d’années, le CHU Amiens-Picardie a été le premier et le seul au monde à utiliser des casques à 64 électrodes, développés par le GRAMFC en collaboration avec la société Malterre à Moreuil, ce qui nous permettait déjà d’obtenir une meilleure résolution spatiale du signal électrique cérébral», explique le Pr Fabrice Wallois, directeur du GRAMFC de l’UPJV et chef du service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique du CHU Amiens-Picardie, le seul service ainsi spécialisé dans le monde. 
Un dispositif plus précis et plus confortable pour le bébé
En juillet 2017, l’équipe du Pr Wallois (avec entre autres le Dr Emilie Bourel-Ponchel, le Dr Mahdi Mahmoudzadeh, et les techniciens du service EFSN pédiatrique) a réussi à améliorer encore ce type d’examen. C’est désormais avec un casque équipé de 128 électrodes, développé en collaboration avec la société américaine EGI, d’une excellente précision spatiale sur le cerveau du bébé, que cet examen pourra être pratiqué au CHU Amiens-Picardie.
«Ce nouveau dispositif est plus facile à mettre en place, du fait du nombre important d’électrodes couvrant l’ensemble du cerveau du bébé, et il permet d’extraire des informations qui n’étaient pas décelables avec les casques à 11 ou 64 électrodes», précise le Pr Wallois. 
Plus de 3000 EEG standards et EEG HR réalisés en 2016
Ce type d’enregistrement électro-encéphalographique Haute Résolution (EEG HR) est un examen indolore et très rapide à mettre en place. Il permet un confort de prise en charge pour le nouveau-né prématuré, notamment avec la disparition de la pâte abrasive nécessaire pour améliorer le contact entre la peau et les électrodes lors des examens «classiques». 
3 000 enfants ont bénéficié de la réalisation d’un EEG standard en 2016 au CHU Amiens-Picardie. Durant cette même période, plus de 60 EEG HR ont été réalisés chez des enfants, dont la moitié chez le nouveau-né. Cette nouvelle technique a ainsi pour vocation de faire partie intégrante des examens de routine clinique et de recherche. Elle devrait permettre de mieux définir des caractères prédictifs du devenir neurologique des enfants nés prématurés qui constituent une population à haut risque de troubles neuro-développementaux.
De nouveaux outils d’exploration du développement cérébral
Ces progrès et recherches participent à développer de nouveaux outils d’investigation du fonctionnement cérébral normal au cours du développement et de mieux comprendre les pathologies associées à la prématurité telles que les problèmes de maturation cérébrale, les convulsions, la souffrance neurologique  ou l’épilepsie…, premières causes d’handicap de l’enfant.
Les enregistrements EEG en haute résolution spatiale (128 électrodes) et temporelle (à la milliseconde près) ouvrent de nouvelles perspectives en imagerie cérébrale fonctionnelle chez le nouveau-né prématuré.
Une unité de recherche experte et pluridisciplinaire
Le Professeur Fabrice Wallois a créé à cette fin le GRAMFC (Inserm/UPJV) en 2004, une équipe de recherche pluridisciplinaire regroupant neurophysiologistes, pédiatres réanimateurs, neuropédiatres, gynécologues et spécialistes du traitement de signal. Cette unité de recherche travaille sur l’analyse multimodale des dysfonctions cérébrales, notamment chez le nouveau-né.
Les travaux de recherche qui y sont menés visent à développer des outils permettant l’analyse simultanée des modifications de l’activité électrique et hémodynamique cérébrale locale dans les situations physiologiques et pathologiques. Le GRAMFC est ainsi le seul laboratoire en France à développer des outils d’imagerie électrique haute résolution (EEG-HR) couplé à l’imagerie optique haute résolution (IO-HR) basée sur la spectroscopie dans le proche infra-rouge (NIRS) chez l’enfant, notamment le nouveau-né. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.