1ère mondiale : ablation de l’utérus avec le robot chirurgical

Le 2 Mai 2011, pour la 1ère fois au monde, l’équipe de chirurgie gynécologique du CHRU de Lille (Pr Cosson, Pr Collinet, Dr Lucot) a utilisé le robot chirurgical Da Vinci S pour une ablation de l’utérus (hystérectomie) par voie vaginale.

Le 2 Mai 2011, pour la 1ère fois au monde, l’équipe  de chirurgie gynécologique du CHRU de Lille (Pr Cosson, Pr Collinet, Dr Lucot) a utilisé le robot chirurgical Da Vinci S pour une ablation de l’utérus (hystérectomie) par voie vaginale.

L’hystérectomie est actuellement l’intervention la plus fréquemment pratiquée chez la femme. Elle vient souvent en réponse à des problèmes de règles trop abondantes, ou à la présence de fibromes. La voie vaginale permet de réaliser une hystérectomie plus rapidement, avec des suites opératoires moins douloureuses, mais également moins de risque de phlébite ou d’embolie post opératoire. Les durées d’hospitalisation et de convalescence sont par ailleurs deux fois plus courtes qu’avec une intervention chirurgicale classique. Cependant, cette technique est limitée par des questions d’accès vaginal.

Grâce au robot chirurgical Da Vinci S, ces limites sont désormais repoussées.  En effet, la haute précision et la maniabilité de cet équipement libère le chirurgien des contraintes des mouvements manuels en lui facilitant la réalisation de gestes complexes, dans des conditions de sécurité optimales.

Cette innovation sera proposée à un nombre croissant de patientes. Les chances de réussite de ces interventions, ainsi que les conditions de sécurité et de confort s’en verront renforcées.

En Juin 2008, le Centre de Référence Régional en Cancérologie (union du CHRU de Lille et du Centre Oscar Lambret) inaugurait le robot chirurgical Da Vinci S, dernier cri de la technologie pour la chirurgie coelioscopique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.