1ère mondiale : ablation de l’utérus avec le robot chirurgical

Le 2 Mai 2011, pour la 1ère fois au monde, l’équipe de chirurgie gynécologique du CHRU de Lille (Pr Cosson, Pr Collinet, Dr Lucot) a utilisé le robot chirurgical Da Vinci S pour une ablation de l’utérus (hystérectomie) par voie vaginale.

Le 2 Mai 2011, pour la 1ère fois au monde, l’équipe  de chirurgie gynécologique du CHRU de Lille (Pr Cosson, Pr Collinet, Dr Lucot) a utilisé le robot chirurgical Da Vinci S pour une ablation de l’utérus (hystérectomie) par voie vaginale.

L’hystérectomie est actuellement l’intervention la plus fréquemment pratiquée chez la femme. Elle vient souvent en réponse à des problèmes de règles trop abondantes, ou à la présence de fibromes. La voie vaginale permet de réaliser une hystérectomie plus rapidement, avec des suites opératoires moins douloureuses, mais également moins de risque de phlébite ou d’embolie post opératoire. Les durées d’hospitalisation et de convalescence sont par ailleurs deux fois plus courtes qu’avec une intervention chirurgicale classique. Cependant, cette technique est limitée par des questions d’accès vaginal.

Grâce au robot chirurgical Da Vinci S, ces limites sont désormais repoussées.  En effet, la haute précision et la maniabilité de cet équipement libère le chirurgien des contraintes des mouvements manuels en lui facilitant la réalisation de gestes complexes, dans des conditions de sécurité optimales.

Cette innovation sera proposée à un nombre croissant de patientes. Les chances de réussite de ces interventions, ainsi que les conditions de sécurité et de confort s’en verront renforcées.

En Juin 2008, le Centre de Référence Régional en Cancérologie (union du CHRU de Lille et du Centre Oscar Lambret) inaugurait le robot chirurgical Da Vinci S, dernier cri de la technologie pour la chirurgie coelioscopique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.