1ère mondiale au CHU de Montpellier:une chirurgie ouverte en «réalité mixte»

Ce 7 novembre 2017, dans le service de neurochirurgie du Dr Nicolas Lonjon à l’hôpital Gui de Chauliac, un interne équipé de lunettes de "réalité mixte" et d'un tutoriel immersif a opéré sur un patient une ostéosynthèse rachidienne, une chirurgie ouverte de la colonne vertébrale. Un dispositif jusqu'ici inédit dans le cadre de l’enseignement et de la pratique de la neurochirurgie au bloc opératoire. Cette 120e première mondiale en CHU est signée par Montpellier.

Ce 7 novembre 2017, dans le service de neurochirurgie du Dr Nicolas Lonjon à l’hôpital Gui de Chauliac, un interne équipé de lunettes de "réalité mixte" et d’un tutoriel immersif a opéré sur un patient une ostéosynthèse rachidienne, une chirurgie ouverte de la colonne vertébrale. Un dispositif jusqu’ici inédit dans le cadre de l’enseignement et de la pratique de la neurochirurgie au bloc opératoire. Cette 120e première mondiale en CHU est signée par Montpellier. 
La réalité mixte est une progression de ce que l’on appelle la réalité augmentée. Si cette dernière permet de faire apparaître des informations en les incrustant sur les lunettes, la réalité mixte elle, tient compte de l’espace environnant. Elle peut être utilisée pour la mise en place d’objets 3D. En médecine, et en chirurgie, des essais ont été réalisés en prenant la reconstruction 3D de l’anatomie du patient dans un but pédagogique.

Un dispositif d’apprentissage innovant

Le dispositif d’apprentissage innovant testé par le Dr Nicolas Lonjon a été mis en oeuvre dans ce contexte et développé par le Dr Maxime ROS à l’hôpital Gui de Chauliac avec des lunettes de réalité mixte Hololens et à l’aide d’un "tutoriel immersif" de Revinax.
En pratique, lorsque l’utilisateur met ces lunettes de réalité virtuelle, il se trouve totalement immergé dans un autre univers qui est une chambre d’apprentissage. Lorsqu’il regarde son champ opératoire (vers le bas) il voit naturellement le patient, les instruments et opère sans contrainte. Lorsqu’il lève la tête, il se retrouve dans le tutoriel immersif de Revinax enregistré lors d’une opération précédente similaire. Il a ainsi accès aux différentes étapes qui ont été  préalablement filmées pour vérifier sa technique et à l’imagerie du patient qu’il est en train d’opérer.

Le film d’une opération de référence à la base du tutoriel

C’est dans ces conditions et en se référant au tutoriel immersif que le Dr Betto, jeune médecin, interne en neurochirurgie, a pu réalisé ce mardi 7 novembre une chirurgie  d’ostéosynthèse rachidienne. Une lourde opération qui consiste à fixer entre elles plusieurs vertèbres à l’aide tiges métalliques pour les stabiliser. Le tutoriel a été conçu à cet effet à partir du film de cette intervention, réalisée 3 semaines plus tôt par le Dr Nicolas Lonjon. Le chirurgien, équipé alors d’un dispositif avec une caméra 3D, avait filmé l’intervention avec son angle de vue et c’est cette vue à la première personne qui a servi de base au tutoriel.

Scanners du patient et reconstructions 3D à portée de vue

Revinax a ainsi adapté l’environnement qui avait été créé en réalité virtuelle pour le rendre disponible pendant l’intervention chirurgicale, en réalité mixte. L’opérateur a accès, en face de lui, à la vidéo montrant la technique opératoire de son senior. En tournant légèrement la tête à gauche, il peut voir le scanner du patient qu’il est en train d’opérer, avec les indications de planification. Sur la droite, une reconstruction anatomique 3D de la zone opératoire.

Vers une meilleur sécurisation du geste

Il s’agit d’une grande avancée permettant de sécuriser le geste: que ce soit dans le cadre de la réalisation d’une nouvelle technique opératoire, de l’utilisation de nouveaux dispositifs médicaux, ou pour l’accompagnement à la formation.
Désormais, le graal pour les chirurgiens sera la possibilité de projeter l’imagerie du patient sur le patient lui-même. Espérant ainsi à terme diminuer l’utilisation de rayons X.
Le 6 juillet dernier, un neuroradiologue américain a réalisé une discectomie percutanée (consistant à retirer un des disques situés entre les vertèbres) en se servant du masque Hololens pour repérer sa trajectoire. La première réalisée au CHU de Montpellier devrait en inspirer d’autres…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.