Votre navigateur ne supporte pas Javascript. Pour une meilleure navigation activez le javascript.
  • page facebook de reseau CHU
  • page Tweeter de reseau chu
  • abonnez-vous à nos flux RSS
Agrandir le texte Diminuer le texte

1ère mondiale : induction de puberté chez une jeune patiente drépanocytaire après autogreffe de cortex ovarien

CHU Limoges - mardi 14 février 2012. 5192 vu(s)

Des cliniciens du CHU de Limoges, de l’AP-HP, de l’UPMC, et du Centre hospitalier intercommunal de Créteil ont réalisé une autogreffe de cortex ovarien (tissu périphérique de l'ovaire) chez une jeune patiente de 13 ans traitée pour drépanocytose sévère par allogreffe de moelle osseuse - le conditionnement nécessaire pour cette greffe étant toxique pour les ovaires.

La cryopréservation du cortex ovarien prélevé avant le conditionnement et l’autogreffe ultérieure de cortex ovarien ont permis d’induire sans traitement une puberté chez cette jeune fille. Ce premier cas décrit au monde est publié dans Lancet (11 février 2012).

Depuis une quinzaine d’années, il est proposé aux patientes devant subir des traitements très toxiques pour leurs ovaires de  préserver leur fertilité en conservant par congélation leur cortex ovarien (périphérie de l 'ovaire). Les patientes pubères et prépubères, devant subir de tels traitements, sont atteintes de nombreuses pathologies, en générale cancéreuses mais aussi de  pathologies non cancéreuses comme, par exemple, la drépanocytose.

L’autogreffe de cortex ovarien après congélation et décongélation a actuellement permis la naissance d’une vingtaine d’enfants  au monde ainsi que le rétablissement de la fonction endocrine de l’ovaire.

La drépanocytose est une maladie qui, quand les patientes sont homozygotes (gènes dentiques sur deux chromosomes faisant partie de la même paire et permettant de transmettre les caractères à sa descendance) et pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Dans ce cas, une greffe de cellules souches hématopoïétiques (cellules à l’origine des  cellules du sang, globules blancs, globules rouges et plaquettes) est indiquée, nécessitant au préalable un traitement détruisant  les cellules souches hématopoïétiques de la patiente mais qui est aussi très toxique pour les ovaires. Il a pour conséquence une  insuffisance ovarienne définitive ou du moins très prolongée ne permettant pas dans la plupart des cas la puberté spontanée et  responsable d’infertilité à l’âge adulte. Ces allogreffes géno-identiques permettant l’obtention d’une guérison dans 95% des cas de drépanocytose, il était fondamental de chercher à préserver la fonction ovarienne.

Le Pr Catherine Poirot et le Dr Prades de l’unité de Biologie de la Reproduction du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière (AP-HP),  qui est le plus important centre français de préservation de la fertilité féminine, en lien avec les Dr Bernaudin et Abirached du  Centre hospitalier intercommunal de Créteil et du Dr Pascal Piver du CHU de Limoges, ont proposé à une patiente de 13 ans une  autogreffe de cortex ovarien chez une patiente drépanocytaire qui avait bénéficié d’une cryoconservation d’ovaire avant  traitement dans le cadre du protocole de recherche du CHU de Limoges porté par le Pr Aubard et le Dr Piver.

L’intervention  chirurgicale réalisée par le Dr Piver et le Dr Abirached au Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil a consisté à placer sous la  peau de petits fragments de cortex ovarien avec une anesthésie locale par un patch d’anesthésiant local. Cette autogreffe qui a  permis d’éviter la prise d’un traitement hormonal substitutif avec les contraintes que cela implique pour une adolescente, a  induit une puberté chez cette jeune patiente.

Pour le Pr Poirot, « ce résultat est très intéressant à plusieurs titres : tout d’abord, bien sûr, l’induction spontanée de la puberté a été obtenue mais avec seulement 3 petits fragments d’ovaire ce qui prouve que peu de tissu ovarien greffé suffit à rétablir une  fonction ovarienne endocrine. De nombreux autres fragments sont conservés congelés pour l’aider plus tard à avoir des enfants.

De plus, tout a été organisé pour faire courir un risque minimal à la patiente (autogreffe en sous cutané, anesthésie par patch d’anesthésiant). Cette technique apporte, donc, un bénéfice important avec des risques extrêmement faibles ce qui permet de  penser que cette technique pourrait être envisagée pour un certain nombre de patientes en insuffisance ovarienne définitive après des traitements gonadotoxiques et ayant bénéficié d’une cryoconservation de fragments ovariens. Ce cas apporte aussi la  preuve qu’un tissu ovarien prélevé avant la puberté, alors qu’il est immature, est fonctionnel après autogreffe. En conséquence,  nous avons toutes les raisons de penser que les prélèvements d’ovaire effectués pour les petites filles avant traitement  gonadotoxique pourront leur restaurer, à l’age adulte, une fertilité. »

Source : Case report : Induction of puberty by autograft of cryopreserved ovarian tissue, Lancet 2012; Vol. 379 No. 9815 p 588
Unit of Reproductive Biology (Prof C Poirot MD, M Prades PharmD) and Medical Biochemistry Department (C Coussieu PharmD), Groupe Hospitalier Pitié-  Salpêtrière, Paris, France; Gynaecology-Obstetric Department (F Abirached MD) and Reference Centre for Sickle Cell Disease, Department of Pediatrics (F  Bernaudin MD), Intercommunal Créteil Hospital, Créteil, France; Gynaecology-Obstetric Department, Limoges University Hospital, Limoges, France (P Piver MD);  and Université Pierre et Marie Curie, Paris, France (Prof C Poirot).

Contact gynécologue-obstétricien, greffeur Dr Pascal Piver
CHU Limoges – service d’assistance médicale à la procréation
Tél. : 06 62 72 89 24

Contact chercheur
Pr Catherine Poirot
Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière - UF de Biologie de la Reproduction et d 'Assistance Médicale à la Procréation
Tél : 01 42 17 75 50 ou 06 19 19 14 71

Contact Médecin référent pour la Drépanocytose
Dr Françoise Bernaudin
Centre de Référence de la Drépanocytose
Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil
Tél : 06 81 89 96 91

Contacts presse
Service de presse CHU Limoges : 05 55 05 62 49 – philippe.frugier@chu-limoges.fr
Service de presse AP-HP 01 40 27 37 22 – service.presse@sap.aphp.fr


Catégorie : CHU Limoges, Innovation, Article 1

Pour plus d’information : CHU Limoges


Les commentaires pour cet article :


Pas de commentaire

Ajouter un commentaire


L’afflux de spams et de messages publicitaires rend obligatoire l’insertion de filtres. Pour que cet espace continue à bien remplir sa fonction de passerelle entre les internautes et les institutions, nous vous invitons à remplir les cadres ci-dessous ainsi que le code qui figure dans l'image avant de nous transmettre votre commentaire. Merci de votre compréhension.



*



*

*



*


* - champ obligatoire

Voir les règles de l'espace réaction

newsletter la carte des CHU

Welcome to France University Hospitals

Se faire soigner dans un CHU de France

reseau-chu international

32 établissements de pointe
vous accueillent

picto reseau-chu international

Les rendez-vous santé

  • 21 janvier : journée nationale des hépatites
  • 24 janvier - 30 janvier : semaine européenne de prévention cancer col de l'utérus
  • 31 janvier : journée Mondiale des lépreux, dernier week-end de janvier
  • 1, 2, 3, 4, 5 février : journées nationales de la prévention du suicide
  • 4 février : journée mondiale contre le cancer
Voir toutes les dates ...
1ère mondiales médicales les chu en 2020 culture et sante La communication des CHU Article les plus lus publications de reseau-chu offre emploi dans le médicale soumettre un article

Mis à jour le :  19-01-2019