1ère réimplantation complète de la main au CHU de Dijon

Le Dr Rizzi, chirurgien plasticien et son équipe ont réimplanté avec succès la main d’un paient qui avait été coupée au niveau du poignet, mercredi 7 janvier 2015. L’intervention a duré près de 6 heures 30. Plus d’un mois après l’opération, le patient se porte bien, les premiers résultats postopératoires sont très satisfaisants, tant sur les plans vasculaires que moteur. Sorti de l’hôpital, le patient commence sa rééducation.

Le Dr Rizzi, chirurgien plasticien et son équipe ont réimplanté avec succès la main d’un paient qui avait été  coupée au niveau du poignet, mercredi 7 janvier 2015. L’intervention a duré près de 6 heures 30. Plus d’un mois après l’opération, le patient se porte bien, les premiers résultats postopératoires sont très satisfaisants, tant sur les plans vasculaires que moteur. Sorti de l’hôpital, le patient commence sa rééducation.
La réimplantation complète d’une main à l’avant-bras est une première au CHU. Les chirurgiens du service de Chirurgie plastique et de chirurgie de la main du CHU ont su faire face à ce cas extrême. Devant un tel accident, la priorité est de transporter le patient le plus rapidement possible au bloc, en effet tout le temps perdu avant la chirurgie peut provoquer l’échec de l’intervention.
Un travail d’équipe
Avec l’équipe du Dr Rizzi, sont également intervenus le Dr Tchurukdichian, chirurgien de la main et le Dr Mukisch, orthopédiste qui a réalisé la fixation chirurgicale des os de l’avant bras. Ce travail en double équipe a permis de gagner du temps et d’améliorer les chances de survie de la main réimplantée.
Une amputation complète de la main reste rare. Techniquement, il s’agit du condensé d’un ensemble de gestes que réalisent quotidiennement les chirurgiens plasticiens et chirurgien de la main du service. La difficulté était ici de les accomplir de manière concomitante sous la pression d’une véritable course contre la montre.
De nombreux facteurs ont permis le bon déroulement de l’intervention : la jeunesse et le courage du patient, l’amputation franche de la main lors de l’accident et l’efficacité des équipes médicales et paramédicales.
Cette intervention et ses suites intéressent les neurologues du CHU. Ils vont pouvoir analyser la repousse des nerfs et la réadaptation du cerveau à l’aide d’examens comme l’IRM fonctionnelle par exemple.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.