1ères implantations de stimulateurs cardiaques compatibles avec l’IRM

Le CHU-Hôpitaux de Rouen est le premier hôpital en France à avoir testé la nouvelle génération de stimulateurs cardiaques (pacemakers) compatibles IRM.

Le CHU-Hôpitaux de Rouen est le premier hôpital en France à avoir testé la nouvelle génération de stimulateurs cardiaques (pacemakers) compatibles IRM.

L’étude* a été menée conjointement par les services de cardiologie (Pr Frédéric Anselme) et d’imagerie médicale (Pr Jean-Nicolas Dacher) du CHU-Hôpitaux de Rouen, en collaboration avec la société Medtronic. « 17 % des patients à qui l’on pose un stimulateur cardiaque auront besoin de passer une IRM dans l’année. », précise le Professeur Dacher. Pourtant, il ne pourra pas en bénéficier car le champ magnétique de l’IRM dérègle les stimulateurs cardiaques et peut entrainer des malaises, des complications graves, voir dans de très rares cas un décès.

Ces 10 dernières années, l’IRM est devenue un outil d’imagerie de plus en plus fréquent dans de nombreuses pathologies. Elle permet d’établir un diagnostic précis, de suivre l’évolution d’une pathologie ou de contrôler un geste chirurgical délicat dans divers domaines médicaux (neurologie, oncologie…). Les patients porteurs d’un stimulateur cardiaque classique ne pouvaient pas bénéficier de ce diagnostic de référence alors même que 50 à 75 % des patients implantés auront des indications d’IRM pour dépister une nouvelle pathologie 2].

Les nouveaux stimulateurs cardiaques (pacemakers) permettront désormais que tous les patients implantés avec la nouvelle génération puissent bénéficier de cet examen courant.

En deux ans, cinq patients ont été implantés au CHU-Hôpitaux de Rouen. Ils ont passé avec succès des examens d’IRM. Les résultats étant très positifs, les pacemakers seront sur le marché en juin prochain.

Le Professeur Anselme avertit « les anciens stimulateurs cardiaques ne pourront pas être changés car les sondes reliées au coeur sont figées dans ses cavités. » C’est pourquoi une période de transition sera nécessaire, où les patients nécessitant une IRM et ayant un pacemaker passeront une simple radio afin de s’assurer qu’ils sont équipés de la nouvelle génération de stimulateurs cardiaques.**

*B Wilkoff. Worldwide randomized clinical trial to evaluate new pacemaker system designed for use during magnetic resonance imaging. LBCT I, HRS 2009

**Primo-implantation : première implantation d’un pacemaker avec mise en place des sondes de stimulation cardiaque qui restent en place lors du remplacement du pacemaker (batterie usée)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.