1re semaine nationale de l’encadrement : le CHU de Nancy fédérateur

Renforcer les cultures communes, faire évoluer le management dans les établissements et contribuer à l'assise d'une véritable communauté de cadres : tels sont les objectifs affichés par le Ministère de la Santé qui lance pour la première fois en France la Semaine Nationale de l'encadrement dans ses établissements publics de santé. Sur le territoire de la Meurthe-et-Moselle sud, le CHU de Nancy a initié un partenariat en association avec 6 autres établissements publics de santé : les Centres Hospitaliers de Toul, Pont-à-Mousson, Lunéville, Saint Nicolas de Port, le Centre Psychothérapique de Nancy - Laxou et la Maternité Régionale Universitaire. Au total ce seront 6 demi-journées de rencontres qui se dérouleront, sur différents sites de chaque établissement partenaire, du 21 au 24 septembre 2010 autour d'une thématique nationale : « Nos réussites collectives : un agent, une équipe, un projet ».

Renforcer les cultures communes, faire évoluer le management dans les établissements et contribuer à l’assise d’une véritable communauté de cadres : ce sont les objectifs affichés par le Ministère de la Santé qui lance pour la première fois en France la Semaine Nationale de l’encadrement dans ses établissements publics de santé. Sur le territoire de la Meurthe-et-Moselle sud, le CHU de Nancy a initié un partenariat en association avec 6 autres établissements publics de santé : les Centres Hospitaliers de Toul, Pont-à-Mousson, Lunéville, Saint Nicolas de Port, le Centre Psychothérapique de Nancy – Laxou et la Maternité Régionale Universitaire. Au total ce seront 6 demi-journées de rencontres qui se dérouleront, sur différents sites de chaque établissement partenaire, du 21 au 24 septembre 2010 autour d’une thématique nationale : « Nos réussites collectives : un agent, une équipe, un projet ».

Initiée début 2009 avec la mission nationale sur la formation, le rôle, les missions et la valorisation des cadres conduite par Chantal de Singly, la profonde mutation du cadre hospitalier en manager porteur de changement est en cours. Dans son rapport remis en septembre 2009, à la suite de l’organisation dans toute la France des premières assises régionales, Chantal de Singly préconisait une plus grande autonomie d’action des cadres, leur meilleure implication dans les processus de décision des établissements, une plus grande représentation dans les instances institutionnelles et enfin leur plus grande reconnaissance statutaire et financière à la hauteur des responsabilités qui leur sont confiées.

Invités à proposer des sujets de discussion, les cadres se sont montrés prolixes, ambitieux et intéressés. De « la mise en oeuvre d’une comptabilité analytique dans un centre hospitalier » par exemple, à la « mise en place de la liaison froide dans la chaîne alimentaire » ou encore « la notation annuelle des agents, une expérience d’évaluation dématérialisée », la vingtaine de sujets qui seront abordés ont un socle commun : le témoignage sur un projet transversal mettant en synergie des cadres de divers secteurs.

Même si la fonction publique hospitalière est, en comparaison avec la fonction publique d’Etat et la fonction publique territoriale, celle qui compte la plus faible proportion de cadres, ce groupe professionnel voit sa place dans les établissements évoluer au fur et à mesure de la mise en place de la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé, Territoire). Les cadres dans les établissements publics de santé se répartissent en plusieurs sous-ensembles distincts : soignants, médico-techniques, sages-femmes, formateurs, administratifs, logistiques et techniques. Quelle que soit leur spécialité, leur travail quotidien est également en pleine évolution suivant en cela les diverses étapes de la réforme de la gouvernance. Dans les hôpitaux, les cadres sont chargés aujourd’hui de mettre en place de nouvelles procédures et des démarches de plus en plus transversales correspondant au décloisonnement des services. Relais actifs, ils ont la responsabilité d’entraîner les autres catégories de personnels dans leur sillage pour élaborer des projets mettant en oeuvre l’optimisation des moyens et la réorganisation de l’hôpital public.

Avec cette première semaine nationale, un nouveau pas sera franchi : la fédération d’un groupe, jusque-là composé de professions diverses, sous la bannière du service public de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.