2 millions de repas : de la logistique au « plaisir » thérapeutique

Les relations de l'homme à son alimentation dépassent le cadre de la simple nourriture et renvoient à des comportements complexes où se conjuguent les sens et les émotions. Une réalité avec laquelle la restauration collective hospitalière doit composer pour nourrir les patients et les personnels tout en respectant des cahiers des charges drastiques en matière de qualité, de diversité et de coût. Au CHU de Nancy ce sont plus de 2 millions de repas qui sont servis par an pour un budget alimentaire annuel de près de 4 millions et demi d'€. Explications avec Stéphane Creusot, ingénieur restauration et Christine Bastien, responsable qualité.

Les relations de l’homme à son alimentation dépassent le cadre de la simple nourriture et renvoient à des comportements complexes où se conjuguent les sens et les émotions. Une réalité avec laquelle la restauration collective hospitalière doit composer pour nourrir les patients et les personnels tout en respectant des cahiers des charges drastiques en matière de qualité, de diversité et de coût. Au CHU de Nancy ce sont plus de 2 millions de repas qui sont servis par an pour un budget alimentaire annuel de près de 4 millions et demi d’€. Explications avec Stéphane Creusot, ingénieur restauration et Christine Bastien, responsable qualité.

Suivre le circuit d’un repas, de la prise de commande à l’arrivée du plateau au lit du patient en passant par l’Unité de Production Culinaire, c’est comprendre le fonctionnement d’un point stratégique pour l’hôpital. Tout commence avec le PC pocket de l’aide soignante où s’affichent les 60 régimes se déclinant en fonction des prescriptions médicales, des préceptes religieux ou éthiques et réactualisés toutes les 4 semaines. Une fois le menu du patient enregistré, l’information est transmise en cuisine où elle donne naissance à une fiche datée et référencée par site, service, chambre et consommateur, traçabilité oblige ! Fiche précieuse pour retrouver qui a mangé quoi en cas d’alerte sanitaire.

L’UPC confectionne deux repas quotidiens pour chaque patient puisque les petits déjeuners avec pain frais du jour sont préparés par chaque service dans une pièce baptisée « office alimentaire » disposant de cafetière, lave-vaisselle, frigo et autres équipements de base. Les produits épicerie sont livrés 2 fois par semaine et les équipes de l’UPC cuisent, cuisinent et accommodent aliments congelés, en conserve ou sous vide avant de les conditionner en barquettes hermétiquement closes, conservées à 3°C. Dispatchées dans des cagettes classées par repas, par service et par jour, elles sont livrées par camions réfrigérés dans les services où elles sont servies au patient sur un plateau « gastronormé » (aux dimensions autorisant son placement sur un chariot pour être enfourné) où l’on retrouve la fiche référente attestant du respect de la commande et des délais.

Cuisine de collectivité, la restauration hospitalière est un des sujets les plus souvent mis en cause par les patients dans les enquêtes de satisfaction. Mais au-delà de la critique gustative directe, il est important d’entendre l’expression d’un autre malaise. Être hospitalisé c’est se retrouver dans un environnement étranger et se sentir fragilisé. Dans ce contexte, les repas restent pour les patients des repères concrets de leur vie à l’extérieur. «Un patient de par sa situation est soumis à des contraintes nutritionnelles : il n’a pas le choix des mets, pas le choix de la présentation et pas le choix de l’environnement dans lequel il prend son repas…» explique Christine Bastien, responsable qualité à l’Unité de Production Culinaire du CHU de Nancy «… pour autant il faut qu’il se nourrisse car les repas font partie du processus de soins ! Reste que cette personne est en rupture avec ses habitudes alimentaires.»

Au CHU de Nancy, le Comité de Liaison Alimentation Nutrition et les diététiciennes, accompagnent les patients sur leur parcours nutritionnel. De son côté, l’équipe de l’Unité de Production Culinaire, dispense des formations aux équipes soignantes basées sur un référentiel hôtelier pour les sensibiliser à la distribution des repas et les services qui s’y attachent. On y apprend, entre autre, que la barquette n’est pas obligatoire et que « l’on doit proposer une assiette au patient qui le désire ou qui en a besoin… » Nourrir n’est pas seulement alimenter !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.