2 projets de recherche en soins infirmiers retenus au premier PHRI

Deux des douze projets retenus (sur 84 présentés) dans le premier Programme Hospitalier de Recherche Infirmier (PHRI) créé par le Ministère de la Santé sont des projets présentés par des équipes du CHU de Limoges. L'un est en relation avec l'alimentation chez les personnes âgées, l'autre porte sur la douleur et la musicothérapie. Ce choix valide le travail réalisé au quotidien par la Direction de la recherche clinique et de l'innovation, le Comité de promotion de la recherche paramédicale et de l'innovation issu de la Commission des soins infirmiers de rééducation et médicotechniques et les équipes soignantes.

Deux des douze projets retenus (sur 84 présentés) dans le premier Programme Hospitalier de Recherche Infirmier (PHRI) créé par le Ministère de la Santé sont des projets présentés par des équipes du CHU de Limoges. L’un est en relation avec l’alimentation chez les personnes âgées, l’autre porte sur la douleur et la musicothérapie. Ce choix valide le travail réalisé au quotidien par la Direction de la recherche clinique et de l’innovation, le Comité de promotion de la recherche paramédicale et de l’innovation issu de la Commission des soins infirmiers de rééducation et médicotechniques et les équipes soignantes.

« Focus sur les deux projets de recherche limousins
« « PRAXALIM : Impact de la forme des assiettes sur la préservation des praxies dans l’alimentation chez les personnes âgées souffrant de démences sévères de type Alzheimer ou mixtes en institution » en Unité de vie protégée de l’Ehpad Dr Chastaingt. Les démences privent progressivement l’individu de son autonomie, de sa personnalité et de son identité. Le malade atteint de démence sévère, a besoin de repères. L’usage d’objets « parlants », significatifs pour lui, est à prioriser car l’univers institutionnel, souvent dépersonnalisé, lui évoque peu de chose. L’assiette institutionnelle peut être déstabilisante pour le patient dément. PRAXALIM est une étude en soins courants, quasi-expérimentale, multicentrique, sur 3 ans. Son objectif principal est de comparer le comportement de la personne démente et sa capacité à s’alimenter seule selon le contenant proposé. En objectif secondaire, cette indépendance, pourrait permettre au résident de conserver du plaisir dans cette activité.

« Douleur et musicothérapie lors de la réfection de pansement chez les patients artéritiques de stade IV » en Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire
L’unité septique de CTCV accueille des patients atteints d’artérite oblitérante des membres inférieurs. Cette pathologie associe aux douleurs chroniques une douleur aiguë en lien avec la réfection des pansements qui peut entraîner un retard de cicatrisation et une anxiété quotidienne. En France et dans la littérature anglo-saxonne, des études montrent l’intérêt de la musicothérapie dans la prise en charge de la douleur aiguë ou chronique. Le contexte douloureux de réfection de pansements de ces patients artéritiques, associé à la musicothérapie n’a pas encore été exploré. Il s’agit donc de réaliser une étude biomédicale expérimentale prospective de type essai clinique de supériorité, randomisé, mené en deux groupes parallèles sur 18 mois. Son objectif principal est d’évaluer l’impact de la musicothérapie sur la douleur aiguë provoquée par la réfection du pansement. Ses objectifs secondaires sont d’évaluer la diminution de la douleur aiguë sur la prise de morphiniques et du score d’anxiété. Améliorer l’efficacité des soins de plaie, réduire la durée d’hospitalisation et élaborer un protocole de bonnes pratiques sont les impacts des résultats attendus.

La recherche paramédicale permet de questionner la pratique professionnelle, de tenter de comprendre, de trouver des solutions pour rendre les soins plus efficaces au service des patients. Dans ce contexte, le Comité de promotion de la recherche paramédicale et de l’innovation a pour objectif d’accompagner les équipes soignantes dans l’émergence et la mise en forme de leur projet de recherche en soins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.