20 000 transferts in utero et de nouveau-nés à l’actif de la Cellule Rhône-Alpes

Elijah, 5 ans, est en pleine forme aujourd’hui. Pourtant, lorsqu’il vient au monde en 2007, c’est un grand prématuré né à seulement 6 mois et ½ de gestation. Il doit immédiatement être pris en charge dans un service de réanimation néonatale, mais la clinique où sa maman vient de le mettre au monde n’en dispose pas… Une seule solution : alerter la cellule des transferts périnataux Rhône-Alpes spécialisée dans les situations d’urgence autour des naissances.

Elijah, 5 ans, est en pleine forme aujourd’hui. Pourtant, lorsqu’il vient au monde en 2007, c’est un grand prématuré né à seulement 6 mois et ½ de gestation. Il doit immédiatement être pris en charge dans un service de réanimation néonatale, mais la clinique où sa maman vient de le mettre au monde n’en dispose pas… Une seule solution : alerter la cellule des transferts périnataux Rhône-Alpes spécialisée dans  les situations d’urgence autour des naissances.

Au bout du fil,  une sage-femme enregistre la demande, évalue la gravité avec le médecin qui demande le transfert, propose une maternité de niveau adapté aux besoins de la mère ou du nouveau-né*, trouve une place, en s’appuyant sur un relevé quotidien des disponibilités en néonatalogie, soins intensifs, réanimation néonatale et pathologie de la grossesse et met en relation les praticiens des 2 maternités – le tout en moins de 15 minutes quand il s’agit de nouveau-nés, soit dans 60 % des cas.
Créée en 15 octobre 2002, par convention entre l’Agence Régionale d’Hospitalisation Rhône-Alpes et les Hospices Civils de Lyon (HCL), puis cette année avec l’ARS Rhône-Alpes, la cellule Rhône-Alpes assure les transferts in utero (transferts de femmes enceintes, par définition avant la naissance) et les transferts néonataux (transferts des nouveau-nés ou des mamans après l’accouchement), vers une maternité ou un service de néonatologie de niveau supérieur.

Située dans les locaux du « Centre 15*» à l’hôpital Edouard Herriot, et gérée par les HCL, la Cellule dispose d’un personnel dédié. Elle peut être saisie 24h/24 par l’une des 51 maternités de la région Rhône-Alpes. En quelques minutes, une sage-femme trouve une place disponible dans le service le plus adapté à la prise en charge de la maman ou de l’enfant, et organise leur transport. Le type de véhicule est défini en concertation avec le médecin de la maternité, et avec le SAMU lorsqu’une réanimation est nécessaire.
Depuis sa création, la Cellule a traité plus de 28 000 appels et organisé plus de 10 000 transferts in-utero et un peu plus de transferts néo-nataux. Son 10 ème anniversaire est l’occasion de rappeler son rôle précurseur. La Cellule Rhône-Alpes a été la première de France à gérer à la fois les transferts néonataux (transferts des nouveau-nés)  et les transferts in utero (femmes enceintes, par définition avant la naissance).  Quand cela est possible, le transfert in utero est privilégié car ce déplacement est préférable au transport d’un nouveau-né en détresse, même pris en charge par une équipe spécialisée.
Le transfert est généralement imposé par une pathologie liée à la grossesse, qu’elle concerne la mère (anomalie du placenta, hémorragie…) ou le fœtus (risque de grande prématurité, rupture prématurée des membranes, malformation justifiant une prise charge très spécialisée dès la naissance…)

Le paysage de la périnatalité rhône-alpine
La cellule s’appuie sur les 4 réseaux de périnatalité** existants dans les 4 grandes villes de la région et les Samu des 8 départements concernés. Réseau AURORE (Lyon) : Rhône, Ain, Drôme, Nord Isère, Sud Ardèche
Réseau RPAI (Grenoble) : Isère
Réseau RP2S (2 Savoies) : Savoie, Haute-Savoie
Réseau LNA (St Etienne) : Loire et Nord Ardèche

51 maternités
13 services de néonatologie « simples »
6 services de soins intensifs de néonatologie
5 services de réanimation néonatale
La région Rhône-Alpes totalise 80 000 naissances par an, ce qui représente 10 % des naissances en France
*Les niveaux de maternité
Les maternités françaises sont classées en 3 niveaux principaux définis par le niveau de soins qui peuvent être dispensés aux nouveau-nés
• niveau 1 : risque obstétrical bas – pas de service de néonatologie
• niveau 2A : risque obstétrical bas – service de néonatologie
• niveau 2B : obstétrique à haut risque – services de néonatologie et de soins intensifs néonatals
• niveau 3 : obstétrique à haut risque – services de néonatologie, de soins intensifs néonatals, et de réanimation néonatale

** Un réseau périnatal est une fédération de plusieurs maternités qui coopèrent et partagent les mêmes procédures dans le but d’améliorer les soins délivrés aux mères et aux nouveau-nés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.