2014 : Nancy prend le virage ambulatoire

«Un mode de prise en charge performant pour la plus grande satisfaction des patients». Entrer le matin à l’hôpital pour ressortir le soir, les malades apprécient les multiples atouts de la prise en charge dite « en ambulatoire », alternative à une hospitalisation traditionnelle. Ils passent moins de 12 heures à l’hôpital et bénéficient de traitements et d’un accompagnement aussi efficaces qu’en hospitalisation classique. De nombreux actes chirurgicaux se déroulent désormais en ambulatoire dans des conditions de sécurité optimale. Au CHRU de Nancy, en 2013, 85% des cataractes ont été réalisées

«Un mode de prise en charge performant  pour la plus grande satisfaction des patients». Entrer le matin à l’hôpital pour ressortir le soir, les malades apprécient les multiples atouts de la prise en charge dite « en ambulatoire », alternative à une hospitalisation traditionnelle. Ils passent moins de 12 heures à l’hôpital et bénéficient de traitements et d’un accompagnement aussi efficaces qu’en hospitalisation classique. De nombreux actes chirurgicaux se déroulent désormais en ambulatoire dans des conditions de sécurité optimale.

Au CHRU de Nancy, en 2013, 85% des cataractes ont été réalisées en ambulatoire, ainsi que 32% des interventions réparatrices de hernies ou encore 48% des traitements des infections non malignes du sein. Au total sur les 31 000 interventions chirurgicales réalisées au CHRU, plus de 21 % l’ont été en ambulatoire, soit une augmentation de 4% par rapport à 2012. Les données d’activités 2014 confortent cette progression avec 25 % des interventions chirurgicales réalisées en ambulatoire à fin août.

Afin d’appuyer ce déploiement à l’ensemble de ses spécialités, le CHRU de Nancy travaille à la constitution d’un plateau unique de chirurgie ambulatoire. Le regroupement des activités ambulatoires jusque-là dispersées et l’harmonisation des pratiques de soins, toutes spécialités confondues, préfigurent la future Unité de Chirurgie Ambulatoire du CHRU.

Plébiscité par les patients pour les temps d’attente à l’hôpital considérablement réduits, l’en ambulatoire est une activité d’excellence : l’organisation médicale, soignante et administrative doit être parfaitement coordonnée et efficiente.  Une offre de soins réglée à la minute près est proposée aux patients qui satisfont à des critères très précis liés à leur état de santé, à leur capacité à appliquer les consignes pré et post-opératoires et qui peuvent se faire accompagner lors du retour à domicile.

Avantageux pour les patients mais aussi pour les hospitaliers,
«l’ambulatoire» répond à des impératifs de performance médico-économique et améliore des conditions de travail traditionnellement difficiles avec notamment la suppression des gardes de nuit et des weekends. A échéance 2016, l’objectif du CHRU de Nancy est de réaliser la moitié de ses actes chirurgicaux en ambulatoire.

Repères
Hospitalisation partielle au CHRU de Nancy : + 9,4 % à fin août 2014
Février 2015 : ouverture du Plateau Unique de Chirurgie Ambulatoire avec 24 places
Montant prévisionnel des investissements* : 1 800 000 €
* L’ensemble des opérations de densification, de regroupement et de réorganisation inscrites au Plan de Refondation du CHRU nécessite des investissements lourds – sur le volet biomédical, hôtelier et informatique-, mais raisonnés compte tenu des bénéfices attendus : une plus grande sécurité et qualité de prise en charge au service de tous les patients lorrains.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.