230 Ferrari, 18 000 spectateurs et 170 000 euros contre le cancer !

Quand la passion devient don : 18 000 spectateurs sont venus admirer les plus belles voitures de course du monde lors de la 11ème édition de Sport et collection qui s'est déroulée les 4 et 5 juin sur le circuit du Val de Vienne. Leur générosité a permis de collecter 170 000 euros pour lutter contre le cancer (près d'un tiers de plus qu'en 2004).

Quand la passion devient don : 18 000 spectateurs sont venus admirer les plus belles voitures de course du monde lors de la 11ème édition de Sport et collection qui s’est déroulée les 4 et 5 juin sur le circuit du Val de Vienne. Leur générosité a permis de collecter 170 000 euros pour lutter contre le cancer (près d’un tiers de plus qu’en 2004).

Un programme exceptionnel a enthousiasmé les tribunes. Ferrari était à l’honneur avec la démonstration des quatre F1 Ferrari de Corse Clienti, la présence du service compétition clients F1 de l’usine Ferrari et le défilé de 230 modèles de la marque dont les nouvelles F430, trois Enzo, et d’exceptionnels modèles historiques de compétition, comme la mythique 250 GTO 1962 ou la 121 LM de 1955. Outre le fabuleux plateau « Le Mans », les Bugatti et autres Avant Guerre ont fait le spectacle tout comme les dernières GT et « Supercars », dont les fameuses Mercedes Mc Laren SLR et Porsche Carrera GT.



Le 30 juin, les organisateurs : Jean Pierre Doury, Président de l’association Sport et Collection, et Joël Clisson, Président du Rotary Club Civray sud Vienne étaient heureux de remettre, en présence d’Alain Fouché, Président du Conseil Général de la Vienne, un don de 170 000 euros au Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers pour la recherche contre le cancer. L’établissement était représenté par, Jean-Pierre Dewitte, Directeur général, le Professeur François Guilhot, chef du service d’Oncologie hématologique et thérapie cellulaire, le Professeur Alain Daban, chef du service d’Oncologie radiothérapique, et le Professeur Jean-Marc Tourani, chef du service d’Oncologie médicale.

Les organisateurs ont tenu à remercier le public et l’ensemble de leurs partenaires, fidèles et solidaires. Grâce à eux, 830 000 euros ont été récoltés depuis la première édition de 1995 (120 000 euros en 2004).

Les sommes réunies financeront l’acquisition d’un équipement estimé à 120 000 euros capable d’analyser simultanément l’expression de 150 gènes. Les chercheurs pourront ainsi poursuivre leurs travaux sur les marqueurs moléculaires des tumeurs solides (prostate, thyroïde, gliome). Ces études feront progresser la connaissance dans le domaine de l’évaluation du pronostic des cancers, dans l’analyse et le suivi de l’efficacité des traitements.

Une autre partie du don sera affectée à l’emploi d’un technicien chargé du fonctionnement de la tumorothèque, base essentielle pour le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers de sa participation aux travaux du Cancéropôle Grand-Ouest.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.