2e journée de l’alimentation à l’hôpital : le repas, un acte de soin à part entière

Jeudi 9 juin 2011, les professionnels de l’alimentation et de la nutrition à l’hôpital porteront sur leur blouse, un badge de reconnaissance pour signifier l’action au quotidien du CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition) du CHU de Nice.

Jeudi 9 juin 2011, les professionnels de l’alimentation et de la nutrition à l’hôpital porteront sur leur blouse, un badge de reconnaissance pour signifier l’action au quotidien du CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition) du CHU de Nice.
Satisfaire les patients et les personnels en améliorant sans cesse les prestations, en respectant les règles de la sécurité alimentaire selon des méthodes référencées, en développant la qualité et la diversité dans le respect des goûts et des apports nutritionnels conseillés tout en maîtrisant les budgets, tel est le programme du CLAN.
Une perte de poids apparaît souvent au cours d’une maladie ou avec l’avancée dans l’âge. On pense souvent qu’il n’y a rien à faire, que c’est normal… une fatalité en quelque sorte. Pourtant, dans de nombreuses situations, l’amaigrissement peut-être évité voire corrigé, en surveillant le poids régulièrement et en agissant dès les premiers signes de perte d’appétit.

Préserver la qualité de vie et éviter les complications

Le maintien d’un bon état nutritionnel aide à mieux réagir aux traitements, à préserver la qualité de vie (autonomie, moral…) et à éviter des complications (infections, retard de cicatrisations, escarres…). Un message à faire passer aux personnes et à leur entourage qui doivent veiller à varier leurs repas et prévoir des quantités suffisantes.
L’alimentation est un soin à part entière
Il existe des moyens simples pour lutter contre la dénutrition : faire plusieurs repas (même petits) au cours de la journée, enrichir les préparations par du lait en poudre, des matières grasses, du gruyère râpé. Il est aussi possible de compléter l’apport calorique par des boissons, des crèmes…
Tout ce qui est consommé doit être nourrissant (bonne densité nutritionnelle). Ecouter la personne est primordial, pour connaître ses envies et ses goûts, adapter la texture des aliments aux capacités du moment, l’encourager et la soutenir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.