3,5 millions d’euros d’économie sur les produits de contraste !

Coordonnateur et membre du réseau coopératif Uni.H.A pour l’achat des «produits de contraste utilisés en imagerie médicale », le CHU de Bordeaux a fait gagner 3,467 millions d’euros à 30 CHU et hôpitaux adhérents du groupement. L’économie générée par cet appel d’offres d’une durée de deux ans représente 22,85% (déduction faite des frais de gestion) d’un marché de 11, 578 millions d’euros. Certains établissements ont vu leur note diminuer de 45 % sur cette ligne de produits !

Coordonnateur et membre du réseau coopératif Uni.H.A pour l’achat des «produits de contraste utilisés en imagerie médicale », le CHU de Bordeaux a fait gagner 3,467 millions d’euros à 30 CHU et hôpitaux adhérents du groupement. L’économie générée par cet appel d’offres d’une durée de deux ans représente 22,85% (déduction faite des frais de gestion) d’un marché de 11, 578 millions d’euros. Certains établissements ont vu leur note diminuer de 45 % sur cette ligne de produits !
« En général, les gains espérés sont de l’ordre de 5 à 10% pour des médicaments non génériques, c’est-à-dire des produits à marque, dont le brevet n’est pas encore tombé dans le domaine public. Nous avons pu atteindre le taux de 22,85 % en massifiant les achats : plus les établissements de santé se sont engagés, plus les gains ont été importants pour eux. Les fournisseurs sont de grandes firmes pharmaceutiques, peu nombreuses mais en forte concurrence entre elles, qui ont la taille suffisante pour assurer l’approvisionnement d’un groupement d’achat national, sans risque de ruptures de stock. » informe le Dr Françoise Petiteau-Moreau, coordonnateur de ce segment pour UniHA et pharmacien à l’unité d’Achat des Médicaments du CHU de Bordeaux.
En ces temps de contrainte budgétaire, l’achat groupé a permis de réduire le montant des dépenses de fonctionnement sans renier sur la qualité puisqu’il s’agit des mêmes produits. Le prochain appel d’offres 2011-2012 a été lancé. « Il est élargi à 33 CHU et hôpitaux, avec – en estimation – encore un gain à deux chiffres » confie le Dr Petiteau-Moreau.
 
Les produits de contraste sont des médicaments utilisés en imagerie médicale (la radiographie, l’IRM ou l’échographie) afin de mieux visualiser une tumeur ou un organe.
Correspondance : Dr Françoise Petiteau-Moreau, Tél 05 57 65 62 84 – francoise.petiteau@chu-bordeaux.fr

En savoir plus sur Uni.H.A –  www.uniha.org

Figurant parmi les dix plus gros acheteurs publics d’Europe, le Groupement de Coopération Sanitaire Uni.H.A. a pour vocation d’optimiser les achats de 54 établissements hospitaliers publics français ( 32 CHU-CHR et 22 centres hospitaliers) qui représentent plus de 7 milliards d’euros annuels de dépenses.
A travers ses filières*, Uni.H.A génère des économies en négociant à grande échelle, en harmonisant les produits, les pratiques, les procédures et les organisations en créant une expertise hospitalière dans le domaine des achats et de leur management. L’objectif étant de conduire un progrès à l’hôpital qui soit économique mais également technique et médical, et qui, in fine profite aux patients.
A l’actif d’Uni.H.A : environ 110 marchés associant près de 500 fournisseurs. En 2011, le groupement prévoit de passer 35 autres marchés, portant le total à près de 150 marchés.
*Les filières d’Uni.H.A et les Centres Hospitaliers coordonnateurs
– Biologie (Poitiers)
– Bureau, bureautique (Lyon)
– Consommables et équipements (Lyon)
– Biomédical et énergie (Lille, Tours)
– Fonction Linge (Saint-Etienne)
– Hygiène et protection du corps, Déchets d’activités de soins à risques infectieux (Nancy)
– Informatique / NTIC et SIH (Marseille)
– Produits de santé (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Saint-Etienne, Toulouse, Tours)
    o Médicaments
    o Dispositifs médicaux
– Restauration (Angers, Tours)
– RH et formation (Reims)
– Services (Nantes)
– Dématérialisation processus achats – Approvisionnement (Montpellier)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.