378 000 € d’économie pour la filière hygiène

378 000 euros c'est le montant de l'économie générée en 2008 par le regroupement des commandes des 45 établissements sur le segment savons. Uni.H.A. marque un nouveau succès en adaptant l'offre du marché des produits d'hygiène aux exigences d'asepsie de l'hôpital et en affichant un gain supérieur aux prévisions 22 % au lieu de 15 %. De plus, Uni.H.A. assoit sa sélection sur des tests comparatifs originaux très poussés.

378 000 euros c’est le montant de l’économie générée en 2008 par le regroupement des commandes des 45 établissements sur le segment savons. Uni.H.A. marque un nouveau succès en adaptant l’offre du marché des produits d’hygiène aux exigences d’asepsie de l’hôpital et en affichant un gain supérieur aux prévisions 22 % au lieu de 15 %. De plus, Uni.H.A. assoit sa sélection sur des tests comparatifs originaux très poussés.

Le lavage des mains pour lutter contre les infections nosocomiales
Premiers vecteurs de transmission des infections nosocomiales les mains doivent être lavées avec des produits qui respectent les recommandations des experts médicaux : préférer les formules sans parfum et sans colorant placées dans des flacons à pompe vissée et opter pour des conditionnements en poche rétractable (airless).

Un réseau d’experts met au point une nouvelle méthode de test comparatif
Dans les 45 hôpitaux adhérents, un réseau de 200 experts de la filière hygiène et protection du corps a travaillé sur l’élaboration du cahier des charges et de la politique d’achat en collaboration avec des hygiénistes, des conseillers hôteliers, médecins du travail et pharmaciens et un acheteur assurait la coordination locale.

Première étape : définir clairement les attentes des adhérents et permettre ainsi aux fournisseurs de faire une proposition adaptée. Pour comparer les performances de leurs produits, il a fallu imaginer une nouvelle méthode de test. En effet, quand un centre hospitalier consulte un seul savon lui est proposé et les essais sont conduits sur des périodes trop courtes. Or Uni.H.A devait évaluer 12 savons sur 3 à 6 mois minimum, délai nécessaire pour apprécier les risques d’allergies, de dessèchement de la peau, de rougeurs… Jusqu’à présent cette lourdeur incitait à conserver le même fournisseur pour éviter tout désagrément. Conséquence : les produits changent peu, la concurrence reste faible et un acteur prépondérant domine le marché français. A noter que le leader mondial du savon ne répond pas, pour l’instant, aux appels d’offres en France.

L’évaluation des produits par sondage d’opinion
Pour dépasser cette difficulté, Uni.H.A. a réalisé des sondages d’opinion en invitant les utilisateurs à apprécier les savons utilisés au quotidien dans leur hôpital durant un an ou plus selon une même grille. De même chaque formule de savon a été étudiée par un comité d’experts médicaux (hygiénistes, médecins du travail, allergologues) sur la base des dossiers scientifiques. Les conclusions de ces travaux vont à l’encontre des idées reçues : plus de choix pour des pratiques bien ciblées.

Les résultats des tests élargissent la gamme de savons au lieu de la réduire
Fort de cette étude comparative, Uni.H.A est aujourd’hui en mesure de proposer à ses adhérents une offre large de 45 formules de savons répondant à la diversité des pratiques hospitalières ; cette offre suffisamment large respecte la liberté de choix des centres hospitaliers adhérents.

45 établissements adhérents, 45 établissements gagnants
Les 45 établissements ont construit ensemble une expertise unique dans la filière hygiène et protection du corps et réduit leur poste « charges à caractère hôtelier.

Liste des établissements adhérents : CH d’Aix en Provence, CHU d’Amiens, CHU d’Angers, CH d’Avignon, CH de Belfort Montbéliard, CHU de Besançon, CH de Bigorre (Tarbes), CHU de Bordeaux, CHU de Brest, CH de Bretagne Sud (Lorient), CHU de Caen, CHU de Clermont-Ferrand, CH de Cornouaille (Quimper), CH de la Côte Basque (Bayonne), CHU de Dijon, CHI Eure Seine (Evreux-Vernon), CHU de Grenoble, CH du Havre, CH du Mans, CH de Lens, CH de Libourne, CHU de Lille, Hospices Civils de Lyon, AP-Hôpitaux de Marseille, CHR de Metz Thionville, CHU de Montpellier, CHU de Nancy, CHU de Nantes, CHU de Nice, CHU de Nîmes, CHR d’Orléans, CHU de Poitiers, CH de Pontoise, CHU de Reims, CHU de Rennes, CHU de Rouen, CHS Sainte-Anne (Paris), CHU de Saint-Étienne, CHU de Strasbourg, CHI de Toulon-la-Seyne, CHU de Toulouse, CHU de Tours, CH de Valenciennes, CHD de la Vendée (Roche-sur-Yon/Luçon/Montaigu), CHS de Villejuif.
Coordonnateur filière : Jean-Philippe Sajus – directeur des achats du CHU de Nancy
Acheteur leader filière : Jean-Marc Baratte – Uni.H.A

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.