4 patients par jour pour le 1er Petscan de France

Mis en en service fin décembre, le Pet Scan de l'hôpital de Brabois - le premier Pet Scan installé en France- est désormais pleinement opérationnel. Aux commandes de l'appareil, le Pr Gilles Karcher et le Pr Alain Bertrand réalisent déjà quatre examens par jour.

Mis en en service fin décembre, le Pet Scan de l’hôpital de Brabois – le premier Pet Scan installé en France- est désormais pleinement opérationnel. Aux commandes de l’appareil, le Pr Gilles Karcher et le Pr Alain Bertrand réalisent déjà quatre examens par jour.

Lorsque nous disposerons du traceur produit par notre cyclotron, nous devrions augmenter notre capacité d’examens/jour annonce Gilles Karcher. Pour l’heure, le précieux liquide est acheminé quotidiennement depuis Paris. Soumis à une procédure stricte d’autorisation, l’appareil nancéien attend toujours l’indispensable feu vert, malgré une parfaite conformité. Ce n’est qu’une question d’heures, assurait Gérard Bouillaguet, chef de projet à Cisbio-international.


Le Pet scan pour quelles indications ?

La tomographie par émission de positons couplée à un scanner, permet de suivre la diffusion d’un traceur radioactif dans l’organisme. Celui-ci se fixant de préférence sur les cellules cancéreuses (à cause de leur renouvellement rapide) c’est « l’image générale de diffusion d’un cancer » que l’on peut observer. Une information essentielle dans de nombreuses situations cliniques, soit pour conforter un diagnostic, évaluer la propagation d’un cancer, ou encore dans le cadre du suivi de la maladie.
Le fludéoxyglucose [18F] est indiqué en oncologie, parmi les examens d’imagerie, en permettant une approche fonctionnelle des pathologies, organes, ou tissus dans lesquels une augmentation de la consommation de glucose est recherchée.


Les indications suivantes ont été particulièrement documentées :

Diagnostic
Nodule pulmonaire isolé : caractérisation
Adénopathie cervicale métastatique d’origine inconnue
Recherche du primitif
Stadification
Cancer primitif et détection des métastases pulmonaires
Tumeurs des voies aérodigestives supérieures, Récidive de cancer colorectal
Lymphome malin
Mélanome
Suivi de la réponse thérapeutique :
Cancer des voies aérodigestives supérieures
Lymphome malin
Détection des récidives suspectes
Cancer des voies aérodigestives supérieures
Cancer primitif pulmonaire
Cancer colorectal
Lymphome malin
Mélanome

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.