4 patients par jour pour le 1er Petscan de France

Mis en en service fin décembre, le Pet Scan de l'hôpital de Brabois - le premier Pet Scan installé en France- est désormais pleinement opérationnel. Aux commandes de l'appareil, le Pr Gilles Karcher et le Pr Alain Bertrand réalisent déjà quatre examens par jour.

Mis en en service fin décembre, le Pet Scan de l’hôpital de Brabois – le premier Pet Scan installé en France- est désormais pleinement opérationnel. Aux commandes de l’appareil, le Pr Gilles Karcher et le Pr Alain Bertrand réalisent déjà quatre examens par jour.

Lorsque nous disposerons du traceur produit par notre cyclotron, nous devrions augmenter notre capacité d’examens/jour annonce Gilles Karcher. Pour l’heure, le précieux liquide est acheminé quotidiennement depuis Paris. Soumis à une procédure stricte d’autorisation, l’appareil nancéien attend toujours l’indispensable feu vert, malgré une parfaite conformité. Ce n’est qu’une question d’heures, assurait Gérard Bouillaguet, chef de projet à Cisbio-international.


Le Pet scan pour quelles indications ?

La tomographie par émission de positons couplée à un scanner, permet de suivre la diffusion d’un traceur radioactif dans l’organisme. Celui-ci se fixant de préférence sur les cellules cancéreuses (à cause de leur renouvellement rapide) c’est « l’image générale de diffusion d’un cancer » que l’on peut observer. Une information essentielle dans de nombreuses situations cliniques, soit pour conforter un diagnostic, évaluer la propagation d’un cancer, ou encore dans le cadre du suivi de la maladie.
Le fludéoxyglucose [18F] est indiqué en oncologie, parmi les examens d’imagerie, en permettant une approche fonctionnelle des pathologies, organes, ou tissus dans lesquels une augmentation de la consommation de glucose est recherchée.


Les indications suivantes ont été particulièrement documentées :

Diagnostic
Nodule pulmonaire isolé : caractérisation
Adénopathie cervicale métastatique d’origine inconnue
Recherche du primitif
Stadification
Cancer primitif et détection des métastases pulmonaires
Tumeurs des voies aérodigestives supérieures, Récidive de cancer colorectal
Lymphome malin
Mélanome
Suivi de la réponse thérapeutique :
Cancer des voies aérodigestives supérieures
Lymphome malin
Détection des récidives suspectes
Cancer des voies aérodigestives supérieures
Cancer primitif pulmonaire
Cancer colorectal
Lymphome malin
Mélanome

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.

Dr Jean-Victor Blanc : « On sort des tabous qui ont trop longtemps englobé les troubles psychiques »

Changer le regard du grand public sur la santé mentale. C’est la mission que s’est donné Jean-Victor Blanc, psychiatre à l’hôpital Saint Antoine à Paris et auteur du livre Pop & Psy. Et pour déstigmatiser et sensibiliser le plus grand nombre aux troubles psychiques, quoi de plus accessible que d’utiliser les films et les séries. Rencontre.