45 M€ de déficit principal contre 54,3 M€ l’an passé, Lyon poursuit son redressement

L’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) présenté par le directeur général des Hospices Civils de Lyon, Daniel Moinard au conseil de surveillance, le 1er juillet 2011 prévoit un déficit principal de 45 M€ et un déficit consolidé, après apport des produits de la politique de immobilière, de 5 M€.

L’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) présenté par le directeur général des Hospices Civils de Lyon, Daniel Moinard au conseil de surveillance, le 1er juillet 2011 prévoit un déficit principal de 45 M€ et un déficit consolidé, après apport des produits de la politique de immobilière, de 5 M€.
Cet EPRD se révèle conforme aux engagements de retour à l’équilibre pris pour 2013 alors même souligne le directeur général  « que le contexte national de financement des établissements de santé, et notamment des centres hospitaliers universitaires, est de plus en plus contraint ». Daniel Moinard pointe ici le manque à gagner de 40 millions d’euros dûs principalement à la réduction des dotations affectées aux missions d’intérêt général, d’enseignement, de recherche, de recours et d’innovation de près de 10% soit -34 M€ pour les HCL. Une diminution qui provient de la baisse continue de subventions, et du gel de crédits. Une autre baisse impacte aussi directement le  budget des HCL : celle des tarifs d’assurance maladie du secteur public de 0,8% soit -6 M€ pour les HCL.

Malgré ces difficultés, Lyon veut poursuivre son développement tout en visant l’équilibre de ses comptes dans deux ans : un exercice difficile !

Pour maintenir le « Cap 2013 » , les HCL poursuivront leurs efforts de gestion. Concernant les effectifs, les Hospices Civils de Lyon devront encore supprimer 200 postes non médicaux cette année soit 11.5 M€ auxquels s’ajoutent 2.5 M€ pris sur le temps médical. Au total 14 M€ seront économisés sur les dépenses de personnels. Comme le CHU prévoit en 2011 le départ à la retraite de 700 personnels cette année,  500 postes seront remplacés – mieux que le ratio de la fonction publique d’état où un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite n’est pas remplacé.
Les soignants ne sont pas concernés, bien au contraire, les Hospices Civils de Lyon recrutent aujourd’hui, notamment des infirmières. Toute infirmière qui se présente actuellement aux HCL est embauchée.
L’effort portera principalement sur les personnels des fonctions supports ou administratives et sera soutenu par les réorganisations importantes menées par les HCL.
Par ailleurs, les économies réalisées sur les processus de gestion, en dépenses (avec un important travail sur les achats) comme en recettes (codage, facturation chambres particulières etc) représentent un gain de 22 M€.

 
Pour préparer leur avenir, les HCL ont prévu d’investir 115 M€ en 2011 dans pas moins de 145 chantiers inscrits au projet d’établissement dont plus de 40% sont achevés ou en voie de l’être à 2 ans.

 Priorité au développement de l’activité notamment ambulatoire et à la modernisation de l’Hôpital E. Herriot. Les HCL veulent aussi accentuer la déconcentration du management afin qu’il soit assuré au plus près des groupements et des pôles d’activité médicale. Enfin, l’établissement entend adopter une approche plus marketing, véritable démarche clientèle qui consistera à améliorer l’accueil téléphonique, la prise de rendez vous, le secrétariat médical, le délai d’envoi des comptes rendus, etc…
Daniel Moinard a tenu à rappeler que les Hospices Civils de Lyon « doivent ce redressement spectaculaire à d’importants efforts de gestion tant dans la maîtrise des dépenses que dans l’augmentation des recettes, mais aussi à l’engagement de profondes réorganisations de leurs activités sur la base du projet d’établissement Cap 2013 ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.