48h00 après l’accouchement, un retour chez soi avec suivi personnalisé

Depuis le lundi 7 septembre 2009, les futures mamans de l'agglomération tourangelle - qui répondent à tous les critères définis - peuvent choisir de rentrer chez elles dès le 2ème jour après l'accouchement.

Depuis le lundi 7 septembre 2009, les futures mamans de l’agglomération tourangelle – qui répondent à tous les critères définis – peuvent choisir de rentrer chez elles dès le 2ème jour après l’accouchement.

En permettant aux femmes désireuses de retrouver au plus tôt les repères familiaux de la maison, cette initiative sert un projet parental très attendu. Jusque là, en l’absence de suivi organisé, aucun retour précoce à domicile (avant les 4 premiers jours de vie du nouveau-né) ne pouvait être envisagé pour des raisons de sécurité tant pour la mère que pour l’enfant.

Un projet structuré par les équipes de l’ARAIR et du CHRU de Tours
La création de cette structure d’HAD (Hospitalisation A Domicile) est le fruit d’un riche travail de collaboration mené depuis plusieurs années par les professionnels de santé de gynécologie-obstétrique, de pédiatrie ainsi que la Direction. Le CHRU de Tours a également travaillé avec une structure privée spécialiste du suivi médical et paramédical à domicile, l’ARAIR1.

La spécificité de ce projet repose sur l’emploi par l’HAD ARAIR de sages-femmes hospitalières, mises à disposition de la fonction publique hospitalière, afin d’assurer une totale continuité de prise en charge entre l’hôpital et le domicile.

La sage-femme hospitalière intervenant à l’ARAIR garantit un suivi des protocoles utilisés à la maternité. Sa parfaite connaissance du fonctionnement et des interlocuteurs (sages-femmes, obstétriciens, pédiatres…) de la maternité Olympe de Gouges apporte une valeur ajoutée certaine au dispositif mis en place.

L’entrée en HAD fera l’objet d’un consentement libre et éclairé de la patiente, choix qui pourra être opéré grâce à une information effectuée tôt dans la grossesse, selon des critères définis afin de réduire le risque d’un potentiel retour à l’hôpital.

La mère et l’enfant bénéficieront de plusieurs visites à domicile par la sage-femme, et d’une visite chez un pédiatre libéral choisi autour du 8ème jour de vie de l’enfant. La durée totale de la prise en charge en HAD périnatale sera comprise entre 5 et 8 jours.

L’accueil en HAD se fera toute l’année et de façon continue.

La maternité Olympe de Gouges, située sur le site de l’hôpital Bretonneau du CHRU de Tours, connaît une activité en hausse constante : 4 000 bébés nés en 2008 soit une augmentation de 20% des naissances par rapport à 2004.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.